DELCIS, la plateforme qui permet aux étudiants isolés de garder le contact

Dans Ch'est bieau, La Fac, Lille
Scroll par là

Un étu­diant qui vit confi­né dans son stu­dio dans une rési­dence étu­diante à moi­tié déser­tée peut vite se sen­tir seul. Pour lui per­mettre de dis­cu­ter avec des gens, la fédé­ra­tion des assos étu­diantes de Lille (FAEL) a mis en place le Dis­po­si­tif Etu­diant Lil­lois Contre l’I­so­le­ment Social (DELCIS).

On a vu qu’un dis­po­si­tif comme ça avait été crée à l’U­ni­ver­si­té de Stras­bourg, raconte Mat­thias, de la FAEL. On s’est dit qu’il fal­lait qu’on pro­pose la même chose.” Un outil qui per­mette aux étu­diants encore plus iso­lés à cause du confi­ne­ment de gar­der un lien social, de se ren­sei­gner, de récla­mer un peu d’aide ou juste de récon­fort.

Le dis­po­si­tif se décline en deux par­ties. “Le pre­mier ser­vice, c’est Dis­cord”, démarre Mat­thias. Une pla­te­forme de dis­cus­sion en ligne simple d’u­ti­li­sa­tion et four­nie en bonnes infor­ma­tions. “On a des dis­cus­sions sur plein de sujets dif­fé­rents comme la musique, l’art, la culture, le sport, les jeux vidéos… Et on a aus­si des fils sur l’u­ni­ver­si­té ou le coro­na­vi­rus.” Les membres, béné­voles ou béné­fi­ciaires, dis­cutent sur les dif­fé­rent topics, s’en­traident, se passent les bonnes infos. “La grande dif­fi­cul­té, c’est de lut­ter contre les rumeurs et les fausses infor­ma­tions qui cir­culent à pro­pos de la fac.” La FAEL est en lien avec l’U­ni­ver­si­té de Lille qui lui per­met, sur Dis­cord, de démê­ler le vrai du faux.

Formation des bénévoles

Le second ser­vice, c’est la ligne télé­pho­nique mise en place entre 8 heures et 22 heures. Les béné­voles — une petite dizaine pour le moment mais le recru­te­ment est en cours — appellent ceux qui en ont fait la demande, et dis­cutent avec eux de ce qu’ils veulent. “Il faut qu’on amé­liore ce ser­vice parce que les béné­voles ne sont pas for­més à tout. On essaie de voir avec des psy­cho­logues ou des mas­ter 2 de psy­cho pour les for­mer cor­rec­te­ment.

Avec le confi­ne­ment, tout est ren­du plus dif­fi­cile, mais la mis­sion en vaut la chan­delle. “Il y a beau­coup d’é­tu­diants qui sont très iso­lés. Entre ceux qui sont en rési­dence CROUS, ou seuls chez eux seuls, ceux qui n’ont pas eu l’argent de ren­trer chez leurs parents ou les étu­diants étran­gers…” Il y a du taf.

Pour accé­der au dis­po­si­tif, on clique sur ce lien. Pour être appe­lé, ça se passe ici.