Juste avant le confinement, des street-artists se sont fait plaisir dans une immense friche

Dans Ch'est bieau, Lille

Dirty Six / © Benjamin Bar

Scroll par là

Par­fois, on se dit qu’on a de la chance d’être pas­sé entre les gouttes. C’est ce que le Col­lec­tif Renart et le col­lec­tif Des Friches et des Lettres ont dû se dire quand, 24 heures après la fin d’une énorme ses­sion de graph’ dans une friche indus­trielle, le confi­ne­ment met­tait les artistes hors de la rue.

Ouro­bo­ros / © Ben­ja­min Bar

C’est clair qu’il était moins une”, s’a­muse Julien Prou­veur, res­pon­sable du Col­lec­tif Renart. La pein­ture avait à peine eu le temps de sécher que le confi­ne­ment démar­rait. On rem­bo­bine. En début d’an­née, le même Julien ren­contre par hasard Vian­ney, patron d’Ar­chi­tec­ture et Maté­riaux Authen­tiques, une boite de déco basée à Tour­coing. “Pen­dant 25 ans, ils ont eu des locaux très grands, où ils entre­po­saient leur maté­riel entre deux tour­nages.” Vian­ney décide fin 2019 d’ou­vrir un vrai sho­wroom et démé­nage, lais­sant ses locaux, anciens et plein de cachet urbain, en friche.

Dany­Boy / © Ben­ja­min Bar

Vian­ney est ama­teur d’art”, pré­cise Julien. Lors du décroche de la der­nière expo­si­tion dans les anciens locaux en jan­vier, Vian­ney pro­pose à Julien de prê­ter le lieu au Col­lec­tif Renart pour une petite ses­sion de graph’ des familles. “Le bâti­ment va être détruit, c’est vrai­ment pour le fun.” Julien pro­pose alors à Pi80 et à Zuba, des Friches et des Lettres, de s’emparer des lieux. “Ils ont invi­té une ving­taine d’ar­tistes”, raconte Julien.

Logik / © Ben­ja­min Bar

Sur un gros week-end, la friche s’est fait peindre sous tous les angles. Une grosse tren­taine d’œuvres a été créée. “On se dit qu’a­près le confi­ne­ment, on pour­rait peut-être orga­ni­ser quelques visites gui­dées, avance Julien. Le lieu ne peut pas accueillir 2000 per­sonnes, mais si on est une ving­taine, ça devrait aller.” Les artistes de l’as­so­cia­tion ont quelques semaines pour y pen­ser. En atten­dant, chaque jour, le col­lec­tif Renart publie la ou les œuvre(s) d’un des artistes qui a par­ti­ci­pé à l’o­pé­ra­tion sur sa page Face­book.

Naoui / © Ben­ja­min Bar