Le duo indie-pop lillois FEATHER/FEATHER sort son premier album

Dans Chill, Lille, Music in my ears

© Simon Hervé

Scroll par là

Téo et Édouard, les deux Lil­lois qui égayent la scène indie-pop locale depuis quatre ans, reviennent avec un nou­vel album fait-mai­son dis­po depuis ven­dre­di. On a papo­té avec eux pour l’occas’.

FEATHER/FEATHER, c’est l’histoire de deux cou­sins qui se retrouvent en 2016 après s’être per­dus de vue un petit paquet d’années. Les vrais se sou­viennent de notre pre­mière ren­contre avec le duo début 2019. Lights, un EP qu’on qua­li­fiait à l’époque de “cock­tail pla­nant et léger”, venait à peine de sor­tir.

Et bien l’a­ven­ture s’est pour­sui­vie depuis, notam­ment sur scène. Les deux aco­lytes ont fait le tour de plu­sieurs petites salles du coin pour par­tir à la ren­contre de leur public. Ils sont de retour aujourd’hui avec Paper Bridge, un album com­po­sé de dix nou­veaux titres bien chouettes.

Listen and chill

Côté pro­cess, rien n’a chan­gé ou presque : tout est tou­jours fait mai­son. Téo se la joue direc­teur artis­tique et est en charge de l’écriture des textes tan­dis que Édouard gère plu­tôt la par­tie tech­nique (com­pre­nez la com­po, le mixage, le mas­te­ring, etc.). “Jus­qu’i­ci on a fait que des EP, c’é­tait nos pre­mières ébauches. Là, on a essayé de faire quelque chose de grand, de cohé­rent. On a vrai­ment envie de se lan­cer avec Paper Bridge”, raconte Téo. “C’est plus mature et plus assu­mé. Plus cadré aus­si même si on n’ar­rive pas tou­jours à res­ter sur ce qu’on avait pré­vu de faire au départ”, s’a­muse Édouard.

2016, c’est le pre­mier single mais aus­si le pre­mier clip bien de Paper Bridge.

Avec Paper Bridge, la recette est res­tée la même. Les voix aériennes et qua­si insai­sis­sables des deux couz’ s’en­tre­mêlent et se répondent habi­le­ment au rythme de syn­thés, gui­tares et per­cus élec­tro­niques. Pas d’en­vo­lées lyriques mais de jolis jeux de super­po­si­tions avec les chœurs qui par­ti­cipent à conso­li­der un peu plus l’u­ni­vers bien chill du duo.

Tan­tôt pop avec Red Cup, tan­tôt plus indé avec Paper Bridge ou en mode acous­tique avec Leaves, l’effet feel-good et empli de nos­tal­gie des pre­miers EP est tou­jours là. Le voyage, thé­ma­tique cen­trale de l’al­bum, tra­verse les mor­ceaux qui invitent volon­tiers à s’ar­rê­ter et à prendre le temps. Un peu de Japon par-ci, un peu de voyage dans l’es­pace par-là. Bref, ils ont bos­sé dur et ça fait du bien aux oreilles.

C’est quoi la suite ?

Last but not least, de jolies dates se pré­parent. On ne peut pas encore vous en dire plus (confi­ne­ment oblige) mais les deux potes pré­voient de retrou­ver leur public dès que pos­sible. Et, c’est nou­veau, ils seront accom­pa­gnés sur scène par des amis-musi­ciens des envi­rons. Autant vous dire qu’on a hâte de voir ce que ça va don­ner.

Paper Bridge, leur nou­veau bébé, est dis­po sur à peu près toutes les pla­te­formes pos­sibles et ima­gi­nables. Pour l’é­cou­ter, ça se passe par ici. Alors, enjoy.