Le duo indie-pop lillois FEATHER/FEATHER sort son premier album

Dans Chill, Lille, Music in my ears

© Simon Hervé

Scroll par là

Téo et Édouard, les deux Lillois qui égayent la scène indie-pop locale depuis quatre ans, reviennent avec un nouvel album fait-maison dispo depuis vendredi. On a papoté avec eux pour l’occas’.

FEATHER/FEATHER, c’est l’histoire de deux cousins qui se retrouvent en 2016 après s’être perdus de vue un petit paquet d’années. Les vrais se souviennent de notre première rencontre avec le duo début 2019. Lights, un EP qu’on qualifiait à l’époque de “cocktail planant et léger”, venait à peine de sortir.

Et bien l’aventure s’est poursuivie depuis, notamment sur scène. Les deux acolytes ont fait le tour de plusieurs petites salles du coin pour partir à la rencontre de leur public. Ils sont de retour aujourd’hui avec Paper Bridge, un album composé de dix nouveaux titres bien chouettes.

Listen and chill

Côté process, rien n’a changé ou presque : tout est toujours fait maison. Téo se la joue directeur artistique et est en charge de l’écriture des textes tandis que Édouard gère plutôt la partie technique (comprenez la compo, le mixage, le mastering, etc.). “Jusqu’ici on a fait que des EP, c’était nos premières ébauches. Là, on a essayé de faire quelque chose de grand, de cohérent. On a vraiment envie de se lancer avec Paper Bridge”, raconte Téo. “C’est plus mature et plus assumé. Plus cadré aussi même si on n’arrive pas toujours à rester sur ce qu’on avait prévu de faire au départ“, s’amuse Édouard.

2016, c’est le premier single mais aussi le premier clip bien de Paper Bridge.

Avec Paper Bridge, la recette est restée la même. Les voix aériennes et quasi insaisissables des deux couz’ s’entremêlent et se répondent habilement au rythme de synthés, guitares et percus électroniques. Pas d’envolées lyriques mais de jolis jeux de superpositions avec les chœurs qui participent à consolider un peu plus l’univers bien chill du duo.

Tantôt pop avec Red Cup, tantôt plus indé avec Paper Bridge ou en mode acoustique avec Leaves, l’effet feel-good et empli de nostalgie des premiers EP est toujours là. Le voyage, thématique centrale de l’album, traverse les morceaux qui invitent volontiers à s’arrêter et à prendre le temps. Un peu de Japon par-ci, un peu de voyage dans l’espace par-là. Bref, ils ont bossé dur et ça fait du bien aux oreilles.

C’est quoi la suite ?

Last but not least, de jolies dates se préparent. On ne peut pas encore vous en dire plus (confinement oblige) mais les deux potes prévoient de retrouver leur public dès que possible. Et, c’est nouveau, ils seront accompagnés sur scène par des amis-musiciens des environs. Autant vous dire qu’on a hâte de voir ce que ça va donner.

Paper Bridge, leur nouveau bébé, est dispo sur à peu près toutes les plateformes possibles et imaginables. Pour l’écouter, ça se passe par ici. Alors, enjoy.