Exams à distance ? On se fait un point confiné avec l’Université

Dans La Fac, Lille
Scroll par là

Maintenant que la continuité pédagogique commence à rouler comme il faut dans la majorité des composantes, l’Université planche désormais sur la préparation des évaluations à distance.

Mettre en place la continuité pédagogique sur tous les campus, pour toutes les composantes et tous les profs et étudiants n’a pas été une mince à faire. “Mais ça y’est ça commence à se formaliser et à monter en puissance, résume Lynne Franjié vice-présidente à la formation. On estime que les 2/3 des étudiants sont toujours actifs et en contact avec professeurs“. Parmi le tiers restant, la vice-présidente estime qu’il y a les étudiants qui avaient décroché avant même le confinement mais aussi ceux qu’elle appelle “empêchés”, c’est à dire qui n’ont pas les moyens de suivre les cours à distance.

Pas de 4G ou d’ordi

Ce sont ses étudiants là que tentent de repérer la fac. “Rares sont ceux qui n’ont aucun matériel informatique à portée de main, précise Lynne Franjié. Il s’agit plutôt de jeunes qui n’ont par exemple qu’une tablette à portée de main ou un ordinateur à partager à plusieurs. Ou pas assez de débit internet ou de 4G pour suivre un cours en visio.

Au delà du suivi des cours, le souci, c’est bien évidemment les examens finaux qui se profilent. Vous l’aurez quand même noté : personne ne sait quand et si le retour sur les campus pourra se faire avant l’été. Et l’Université non plus. Du coup, elle poursuit sa stratégie qui consiste à prendre de l’avance sur ces questions pour ne pas se retrouver démunie devant le fait accompli.

On va tenter de faire à distance tout ce qu’il est possible de faire, annonce la vice-présidente qui va présenter ce 6 avril toutes les modalités envisagées auprès de la CFVU (Commission de la formation et de la vie universitaire du conseil académique). C’est cette dernière, composée à quasi 50% d’étudiants élus (16 pour 40 membres), qui va débattre sur les modalités des futures sessions d’examen.

Pour l’heure, elle va essentiellement s’attarder sur la session d’exams du semestre pair avant de s’attaquer plus tard à la question épineuse des sessions de rattrapages prévues elles aussi en fin d’année. “On verra ce que donneront les premières évaluations.”

Dépots, visio et… les TD ?

Le dépôt de travaux en ligne va sans doute être le mode d’examen le plus privilégié. En gros, votre prof vous donnera tel devoir à rédiger à lui envoyer à telle date. “Les soutenances de stages déjà effectués pourront aussi se passer en visio et des évaluations en temps réel peuvent se faire via la plateforme Moodle“, précise Lynne Franjié.

Pour ce qui est des TD ou des stages qui auraient dû s’effectuer pendant le confinement, il y a de fortes chances qu’ils ne soient tout simplement pas compter dans la moyenne.

Une année au rabais ?

Certains étudiants, notamment ceux en fin de cursus ou qui suivent une formation avec pas mal de TD ou de stages, se demandent déjà s’ils ne vont pas finir avec un année universitaire “baclée” (ou avec un goût d’inachevé dirons-nous).

Si on se réfère au report du concours PACES, on se dit qu’il y a une possibilité de réouverture des campus fin juin. Mais ce n’est que du conditionnel et on ne sait pas si sera juste pour les exams, pour l’accès aux bibliothèques, uniquement pour le personnel administratif ou alors si des cours pourraient de nouveau se tenir“, liste la vice-présidente qui précise que ce sera quoi qu’il arrive l’impératif santé qui primera.

Il sera toujours temps d’organiser des modules de rattrapages à la rentrée prochaine pour ceux qui sont en milieu de cursus. La priorité, si les campus ne rouvrent pas d’ici cet été, ce sera donc pour ceux qui doivent être diplômés cette année.

Encore une fois, il faudra se montrer patient puisque tout se fera en fonction de l’évolution de l’épidémie. “Il n’y a pas de situation idéale mais tout le monde fait au mieux“, assure et conclut la vice-présidente.