Pic de pollution à Lille : Atmo recommande de ne pas faire d’effort physique

Dans Lille, Santé !
Scroll par là

Oui mais non. Ce n’est pas parce qu’il y a moins de tra­fic que la pol­lu­tion est auto­ma­ti­que­ment moins éle­vée. Lille et la région tra­versent actuel­le­ment un pic de pol­lu­tion aux par­ti­cules fines. Comme d’ha­bi­tude, il y a des pré­cau­tions à prendre.

Deux fac­teurs de pol­lu­tion n’ont pas dis­pa­ru avec le confi­ne­ment : les chauf­fages, notam­ment d’ap­point au bois ou au char­bon, uti­li­sés en masse par tous ces gens qui res­tent chez eux toute la jour­née, et la pol­lu­tion indus­trielle, qui vient de la région mais aus­si sou­vent d’Al­le­magne et de Bel­gique ou des Pays-Bas.

Ce jeu­di et ce ven­dre­di, la qua­li­té de l’air va donc être médiocre, avec un seuil d’a­lerte sur per­sis­tance qui devrait durer un peu. On n’est pas au plus haut niveau d’a­lerte, mais il est mal­gré tout for­te­ment recom­man­dé d’é­vi­ter d’a­bu­ser du foo­ting ou de la séance de car­dio en exté­rieur. La marche à pied, si vous devez sor­tir, est plus que conseillée. Enfin, Atmo, l’or­ga­nisme de veille qui sonne l’a­lerte régu­liè­re­ment, recom­mande de ne pas sor­tir de chez soi l’a­près-midi.

Pas d’autoroute

Si vous aviez pré­vu d’emprunter les grands axes auto­rou­tiers dans ces deux jours, il est conseillé de repor­ter ou de deman­der à Waze un iti­né­raire alter­na­tif. Ca fait bizarre d’é­crire ça alors que per­sonne n’est sup­po­sé sor­tir sans bonne rai­son, donc prendre l’au­to­route, mais figu­rez vous que les camions sont tou­jours en acti­vi­té. Les voies rapides ne sont donc pas vides.

Der­nières recom­man­da­tions d’At­mo : si vous com­men­cez à vous sen­tir mal, appe­lez votre méde­cin. Parce que oui, les méde­cins sont habi­li­tés à soi­gner autre chose que le coro­na­vi­rus en ce moment.