Une cagnotte et des aides pour les étudiants de Villeneuve-d’Ascq dans le besoin

Dans La Fac, Lille
Scroll par là

Parce qu’ils n’avaient tout simplement pas le choix, des milliers d’étudiants des campus lillois sont restés dans leur résidence universitaire. Beaucoup ont perdu leur job étudiant ou leur stage et vivent depuis le début confinement dans une précarité encore plus extrême.

Si la plupart des étudiants sont rentrés chez leurs parents avant le début du confinement. Les résidences Crous n’ont pas été désertées pour autant. Selon Le Monde, 5700 jeunes seraient encore actuellement dans un logement social étudiant de la métropole lilloise.

Beaucoup sont des étudiants internationaux qui n’ont pas eu d’autre choix que de rester. “S’ils avaient pu, ils seraient rentrés bien entendu, explique Louis Lagache directeur de quatre résidences Crous de Cité Scientifique (Bachelard, Boucher, Galois et Pythagore). Mais acheter un billet d’avion était juste impossible financièrement pour eux.

9m² de confinement

Sur les 2000 étudiants de ses résidences, le directeur a recensé 1300 étudiants restés confinés sur place. “C’est très compliqué pour un bon nombre d’entre eux. Déjà parce que certains vivent dans des chambres de 9m2, ensuite parce que beaucoup ont aussi perdu leurs sources de revenus avec le confinement.

Job étudiant en suspens, stage annulé ou petit travail au black impossible. Cette situation en contraint plus d’un à devoir se rationner au niveau de la nourriture pour avoir de quoi payer la chambre à la fin du mois. Car si le Crous a suspendu le loyer de ceux partis avant avril, ceux qui restent ne sont pas concernés par cette exonération.

Outre les conditions d’insalubrité décriée dans plusieurs résidences du Crous de la métropole lilloise, l’isolement et le manque d’espace contribuent à rendre ce confinement particulièrement dur à vivre. “Il faut imaginer qu‘un logement de 9m² laisse en réalité seulement 4m² de surface à l’étudiant pour bouger dans sa chambre, détaille Louis Lagache. Et même si on a laissé les laveries ouvertes, on a été contraints de fermer les salles communes des résidences. De manière générale, et malgré ces conditions, les étudiants respectent le confinement et c’est à saluer.

Asso et appel à la solidarité

Une fois par semaine, l’équipe de la résidence fait le tour des étudiants pour s’assurer qu’ils tiennent le coup. Et pour leur donner des denrées alimentaires quand c’est possible. “Heureusement que l’antenne des Restos du Cœur d’à côté a rouvert. D’autres assos comme le Secours Populaire sont aussi présentes pour ces étudiants.”

Côté Crous, il n’y a pas encore de retour sur la demande de suspension de loyers pour certains étudiants. “Si une décision est prise, c’est au niveau national que ça se fera“, note Louis Lagache. L’antenne lilloise a néanmoins mis en place une carte prépayée de 50€ qu’elle a distribuée aux étudiants pour qu’ils aillent chercher de quoi se nourrir dans un Carrefour.

L’Université de Lille est également très concernée par le sort de ces étudiants“, ajoute le directeur qui, de son coté, multiplie les appels à la solidarité un peu partout. “Des traiteurs du coin vont nous faire des paniers repas. Et en ce moment, le club de basket féminin ESBVA-Lille Métropole est en pleine campagne de dons pour aller acheter des denrées alimentaires pour ces jeunes.”

Cette cagnotte leetchi dépasse aujourd’hui les 10 000€ de dons et reste ouverte jusqu’à la fin de la semaine. De quoi rendre le quotidien de ces étudiants un peu plus vivable jusqu’à la fin du confinement. Et après ? “Beaucoup espèrent retrouver un job étudiant le plus vite possible.