Piétonnisation, bars, restos, stationnement… Le plan de Lille pour le déconfinement

Dans Lille, Santé !
Scroll par là

Ne nous dites pas que ces deux mois sont pas­sés trop vite, on ne vous croi­ra pas. Pour autant, le décon­fi­ne­ment approche à grands pas. La ville a dévoi­lé ce mer­cre­di son plan pour per­mettre aux Lil­lois de sor­tir le bout de leur nez après deux mois d’hi­ber­na­tion en toute sécu­ri­té.

Oui parce que c’est bien gen­til de nous dire qu’on décon­fine, mais le Covid est tou­jours en cir­cu­la­tion dans le pays, et toutes les mesures (sani­taires, bar­rières, néces­saires) devront être res­pec­tées dans un monde où les gens ont à nou­veau — truc de ouf — le droit de cir­cu­ler libre­ment. Outre le plan pour les écoles qui a fait beau­coup de bruit, on a quelques mesures prises par la ville de Lille qui vont cer­tai­ne­ment vous inté­res­ser un brin. Et on dégaine le point bou­lette.

  • La pié­ton­ni­sa­tion du centre-ville
    Vous ne savez pas com­bien d’as­so­cia­tions de rive­rains, de col­lec­tifs, de par­ti­cu­liers ont deman­dé, toutes ces années, la pié­ton­ni­sa­tion du centre-ville. Il aura fal­lu un coro­na­vi­rus et deux mois de confi­ne­ment pour que la ville envi­sage sérieu­se­ment la pos­si­bi­li­té de cou­per tout le centre aux voi­tures les jours de grande affluence. “On est prêts à com­men­cer dès same­di de la semaine pro­chaine”, assure Mar­tine Aubry. La prin­ci­pale rai­son ? Il va y avoir la queue devant les com­merces, et il faut que le badaud puisse cir­cu­ler sans risque de frô­ler un congé­nère tous­se­teux. La seule solu­tion est donc d’in­ves­tir la voi­rie. “Il faut res­ter prag­ma­tiques. On le fera si on voit qu’il y a des besoins. On peut le faire dans l’in­té­gra­li­té, ou seule­ment une par­tie des rues. Mais on est prêts.” Pour vous faire une idée, voi­là les rues concer­nées :
  • Le sta­tion­ne­ment
    La mau­vaise nou­velle, c’est que le sta­tion­ne­ment va rede­ve­nir payant à comp­ter de lun­di. “Il était impor­tant que les gens puissent garer leur voi­ture près de chez eux pen­dant le confi­ne­ment, argu­mente Mar­tine Aubry. Mais il faut qu’il rede­vienne payant pour évi­ter les voi­tures ven­touses.” “Plus de 100 000 per­sonnes entrent dans Lille tous les matin, hors TER”, rap­pelle l’ad­joint à la sécu­ri­té, la voi­rie et aux dépla­ce­ments Jacques Richir. Faut que les places tournent à nou­veau, donc, même si une grosse poli­tique pro-vélo est mise en œuvre actuel­le­ment.
  • Les bars et les res­tos
    Alors qu’on se le dise : la ville n’a pas auto­ri­té pour auto­ri­ser la réou­ver­ture des bars et des res­tos qui n’est pas encore d’ac­tua­li­té. “On tra­vaille avec eux pour pré­pa­rer le moment où il pour­ront rou­vrir”, pré­cise cepen­dant la maire de Lille. “On réflé­chit à étendre les ter­rasses sur le trot­toir dès lors qu’on peut lais­ser un pas­sage d’1,4m. Et pour­quoi pas pié­ton­ni­ser cer­taines rue pour que les res­tau­rants puissent ouvrir leur ter­rasse sur la voi­rie ?” Tout ça est à l’é­tude, sachant que les auto­ri­sa­tions d’ou­vrir sa ter­rasse seront les mêmes que celles d’a­vant le confi­ne­ment. Et pour ce qui est de l’exo­né­ra­tion de la taxe sur ces mêmes ter­rasses, elle tient jus­qu’à la réou­ver­ture des bars, bis­trots et autres tro­quets don­nant à man­ger.

Voi­là, c’est tout pour aujourd’­hui. On a d’autres infos à vous don­ner sur ce décon­fi­ne­ment lil­lois, mais on a une blan­quette sur le feu et des navets boule d’or à éplu­cher faut qu’on creuse pour vous don­ner une info com­plète. On vous en parle vite.