A Lille, 64 projets de recherche sur le Covid sont menés de front

Dans Lille, Santé !
Scroll par là

C’est la grande course contre la montre. Pas contre les autres labo­ra­toires de recherche, mais bien contre le temps : la com­mu­nau­té scien­ti­fique inter­na­tio­nale mene de front des mil­liers de pro­jets de recherche. Rien qu’à Lille, on en compte 64.

Com­ment agit le virus dans l’or­ga­nisme ? Quels sont les patients qui ont le plus de risques d’être atteints ? Quel est le meilleur trai­te­ment pour les patients vul­né­rables ? Pour chaque ques­tion que les scien­ti­fiques du monde se posée, une équipe de recherche s’est mise des­sus.

A Lille, une task force recherche s’est même créée, avec que du beau monde dedans : le CHU, l’U­ni­ver­si­té de Lille, l’IN­SERM, le CNRS, l’Ins­ti­tut Pas­teur, l’IN­RIA, l’I-Site Uni­ver­si­té Lille Nord Europe… Et cette task force mène de front 64 pro­jets de recherche.

Le but : mieux com­prendre les rouages de la mala­die pour mieux prendre en charge les patients atteints et pré­ve­nir la pro­pa­ga­tion du virus. Comp­tez trois grands domaines :

  • La recherche thé­ra­peu­tique, qui consiste à trou­ver le meilleur trai­te­ment.
  • La recherche phy­sio­pa­tho­lo­gique pour com­prendre les méca­nismes qui régissent la mala­die
  • La recherche diag­nos­tique et épi­dé­mio­lo­gique, qui veut déce­ler les fac­teurs de risque et la sévé­ri­té et l’ex­po­si­tion à la mala­die.

Pour qu’un pro­jet soit enclen­ché au sein de cette task force, deux cri­tères ont été don­nés : il doit être ori­gi­nal, et doit viser à don­ner des résul­tats à court ou très court terme. Parce que ça urge, vous vous en dou­ter.

Premiers résultats

Si bien que plu­sieurs conclu­sions lil­loises ont déjà été ren­dues publiques, comme le fait que les patients obèses ont sept fois plus de risques d’être pla­cés sous ven­ti­la­tion que ceux ayant un poids nor­mal, fruit d’une étude menée à par­tir des don­nées recueillies en réani­ma­tion au CHU de Lille. Une autre a mon­tré que l’embolie pul­mo­naire pré­vaut chez les patients hos­pi­ta­li­sés en soins inten­sifs.

Petit à petit, le Covid dévoile ses secrets aux cher­cheurs, qui conti­nuent de bos­ser comme des petits fous pour aller vite, être effi­caces tout en gar­dant un niveau d’exi­gence éle­vé. Tout un défi, quoi.