Le vélo, nouveau transport roi à Lille ? “Un véritable coup d’accélérateur” pour l’ADAV

Dans Dans la rue, Lille, Mon P'tit Vélo
Scroll par là

Lille et sa métro­pole ont des bandes cyclables (tem­po­raires pour le moment) toutes jaunes, toutes neuves pour faire de la pra­tique du vélo un moyen de trans­port plus pra­tique et plus sûr que d’or­di­naire en ville. On a deman­dé à l’As­so­cia­tion Droit au Vélo (ADAV) de nous faire le por­trait de la situa­tion cycliste de Lille… et de nous don­ner des tips pour se remettre en selle.

L’ADAV, c’est l’as­so pro-vélo qui bosse depuis déjà pas mal de temps pour rendre Lille et sa métro­pole plus bike friend­ly. Logique qu’elle se soit retrou­vée au cœur des réunions avec les mai­ries et la MEL quand il a fal­lu des­si­ner les nou­velles bandes cyclables en vue du décon­fi­ne­ment.

Cli­quez sur la carte pour atter­rir sur notre article qui parle de ces nou­veaux amé­na­ge­ments à Lille.

Les membres de l’as­so, qui pou­vaient par­fois se sen­tir frus­trés face à la len­teur de la machine poli­tique et bureau­cra­tique, se sont for­cé­ment réjouis de la vélo­ci­té induite par le décon­fi­ne­ment. “On n’a pas envie de dire que c’est une revanche mais c’est clai­re­ment un incroyable coup d’accélérateur pour don­ner plus de place au vélo en ville”, admet Yves Lépi­nay, le cor­res­pon­dant à Lille pour l’A­DAV.

Car les nou­velles bandes cyclables qui ont fleu­ri en ville en quelques jours ne sortent bien évi­dem­ment pas de nulle part. “La qua­si tota­li­té de ces bandes étaient déjà des pro­jets qu’on avait pro­po­sés auprès des villes et de la MEL, explique Yves. Mais ça reste un pro­jet d’ur­ba­nisme. Et pour tou­cher à un espace public, il faut que tout le monde se mette d’ac­cord autour de la table et ça demande for­cé­ment des moyens finan­ciers, du cou­rage poli­tique et beau­coup, beau­coup de temps.

Du temps de gagné, voi­là ce qu’il faut rete­nir donc. Sauf qu’il pour­rait se trans­for­mer en temps mort si les fameuses bandes gardent leur aspect tem­po­raire et dis­pa­raissent aus­si vite qu’elles sont appa­rues une fois la pan­dé­mie ter­mi­née. “Pas mal de maires se sont enga­gés à les péren­ni­ser… si elles démontrent leur uti­li­té bien enten­du”, détaille Yves.

Plus elles seront pra­ti­quées, plus elles auront de chance de res­ter en somme. Il n’y aura pas for­cé­ment de méthode quan­ti­ta­tive en mode “autant de vélos sont pas­sés par là chaque jour en moyenne” mais ce sera plu­tôt basé sur le res­sen­ti des cyclistes lil­lois et métro­po­li­tains.

Guide du newbie à deux-roues

Et pour les petits nou­veaux qui viennent de fran­chir le pas et de se remettre en selle, sachez que l’A­DAV a tout ce qu’il faut sur son site pour vous :

Que le décon­fi­ne­ment remette le vélo en tête de liste des modes de trans­port est posi­tif. “Mais on ne veut pas que ce soit un simple effet pro-vélo qui dure quinze jours. L’u­sage du vélo était déjà en nette aug­men­ta­tion avant le confi­ne­ment parce qu’il per­met une réap­pro­pria­tion de l’es­pace en ville”, détaille Yves qui croit plus que jamais que ces nou­veaux amé­na­ge­ments répon­dront à une demande.

Il n’y a plus qu’à attendre et voir si tout roule.

Lire aus­si :
La carte des ate­liers de répa­ra­tion de vélos de la métro­pole lil­loise qui vont pra­ti­quer le “coup de pouce” de 50€