Le jus détox Alcoool est de sortie et ses fondateurs cherchent des ambassadeurs à Lille

Dans Lille, Santé !
Scroll par là

Souvenez-vous, on vous avait parlé de cette petite trouvaille de deux étudiants roubaisiens l‘automne dernier : un breuvage qui pourrait bien rendre vos lendemains de soirée un peu moins difficiles, le tout fabriqué à partir d’ingrédients naturels. Après avoir explosé le nombre de ses préventes, le voilà lancé à la vente.

Loin de nous l’idée de vous dire “Avec Alcoool, le binge drinking c’est de la rigolade“. Qu’on se le dise, le seul moyen d’éviter une cuite, c’est de compter sur votre meilleure amie de soirée : Modération. Ce n’est d’ailleurs pas non plus l’objectif d’Antoine-Baptiste et Henri, les deux créateurs d’Alcoool, ce jus détox qui est là pour réduire les symptômes “post-cuite” et non les faire disparaître d’un coup de baguette magique.

Mais vous voyez desquels on parle ? La tête qui fait boum boum, l’estomac qui fait des galipettes, le foie qui lance des SOS et la bonne pâteuse qui va réclamer 2 litres d’eau sur la journée… Tout ce qui, en somme, vous fait dire la phrase devenue célèbre :”Plus jamais”.

De Roubaix à la Corée du Sud

Des soirées un brin trop arrosées, A-B et Henri connaissent aussi en tant qu’ex-étudiants. Dans leur école de commerce roubaisienne, ils faisaient tous les deux partie de l’équipe de rugby… aux troisièmes mi-temps bien arrosées. Ils ont donc fait comme tout le monde et googlé “Comment réduire les effets de la gueule de bois“. Sauf qu’ils ont poussé un peu plus loin leurs recherches. Jusqu’à tomber sur la poire Nashi qui pousse en Corée du Sud et toute la liste de ses bienfaits. 

Les deux amis sont partis en Corée du Sud pour voir ça de plus près. Là-bas, ils se lancent officiellement dans une nouvelle aventure : “On a demandé au labo qui avait l’habitude de produire des boissons à base de poire nashi quelque chose de similaire, mais d’unique.” En y ajoutant d’autres produits naturels et bénéfiques pour votre jeune corps (baies de goji, figue de barbarie, curcuma, chardon marie, ginseng…), ils sont désormais les heureux créateurs d’un produit vegan, fabriqué sans OGM, sans gluten et sans lactose et qui répond à des normes sanitaires très strictes. Le laboratoire coréen est enregistré auprès de la Food & Drug Administration américaine et A‑B et Henri ont aussi fait vérifier leur produit par deux laboratoires français, histoire d’être sûrs que tout est bon.

@Alcool

Tout ça pour vous annoncer que ça y’est, vous pouvez commander le fameux breuvage. Les deux amis ont intégré l’incubateur de Paris-Dauphine entre-temps et ont profité du confinement pour peaufiner le lancement. “On a bien charbonné pendant deux mois et on a déjà pu embaucher sept commerciaux“, annonce Henri. Ils ont aussi bossé sur leur côté écoresponsable (oui parce que pour le produit local, c’est raté avec la Corée du Sud) en bossant sur un système de consigne dans les différents points de vente où on pourra acheter une bouteille d’Alcoool (quand ils auront tous rouvert).

Recherche d’ambassadeurs

La capitale n’a pas fait oublier Lille au duo. Ils recherchent actuellement plusieurs ambassadeurs étudiants sur la métropole lilloise pour promouvoir Alcoool sur les campus du secteur dès la rentrée de septembre. “C’est un job freelance qui fonctionne sous forme de primes liées aux ventes“, détaille Henri. Pour postuler, vous envoyez un petit mail à ambassadeur@alcoool.fr en précisant bien sur quel campus vous étudierez l’année prochaine dans la métropole lilloise. Ils vous feront passer un questionnaire par la suite.

On termine en vous souhaitant un bon apéro tout en modération. Parce que l’alcool reste dangereux pour votre santé et qu’en plus vos neurones trinquent aussi.