A la Friche Gourmande, tout sera prêt d’ici la fin du mois de juin

Dans Chill, Lille
Scroll par là

C’est l’un des dommages collatéraux de la crise sanitaire : le Friche Gourmande devait ouvrir dans sa version marcquoise au printemps. Mais le corona est passé par là, et les travaux de la Friche ont été stoppés net. Le beau temps revient, donc on a pris des nouvelles. Réflexe.

On a repris les travaux il y a un mois“, raconte Philippe, heureux co-gérant de la Friche Gourmande, qui fera sa troisième saison, non pas à Fives Cail, mais dans une ancienne usine de Marcq-en-Barœul (et cette fois à peu près pour de bon). “On avance bien ! On est dans les finitions.” Pour tout vous dire, on avait discuté avec Philippe au début du confinement, qui commençait à faire la paix avec l’idée de n’ouvrir sa nouvelle Friche qu’à la rentrée, voire en octobre. “Mais il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis.

Philippe, pendant le confinement, a lancé Coup de Pouce avec Adrien du Galettoire, service de livraison pour les commerçants des Halles. “Mais le truc m’a rattrapé, confie Philippe. On a vu qu’on pourrait ouvrir peut-être cet été, alors on s’est bougés. Tout le monde est là : Guillaume (son associé), les anciens de Fives… On travaille dur.

Le gros des travaux est terminé (même s’il reste le petit détail de l’électricité à installer), et l’équipe est passée à la déco et aux accessoires. “J’ai fini les deux terrains de pétanque la semaine dernière, ils sont prêts, et un mètre plus grands qu’à Fives. On avait eu des demandes de clients…

Fin juin, inch’allah

Urinoirs à base de fûts de bière, carreaux de verre, peinture, rétroéclairage de la façade, bidons upcyclés… “J’ai trop hâte de voir comment les gens vont s’approprier le lieu“, avoue Philippe. L’objectif est fixé : “On devrait être prêts fin juin.” Reste à savoir, bien sûr, les conditions dans lesquelles Philippe et Guillaume seront autorisés à ouvrir.

On a plusieurs scénarios, et on est prêts. Il y a des process liés au Covid qui alourdissent la charge, mais on fera tout pour ouvrir. On collera aux exigences sanitaires. On ne veut pas être un lieu de transmission, c’est clair.” Il faudra donc envisager une réouverture avec jauge limitée et gestes barrières respectés. Mais Philippe et Guillaume sont impatients. “On est comme des fous, on a hâte de partager une bière avec les gens.” Comme au bon vieux temps.

Quand elle y sera autorisée et qu’elle aura l’électricité, la Friche ouvrira ses portes au 90 de la rue Nationale. Vous pouvez la suivre sur Facebook et Insta.