Réouverture des bars, restos et cafés : comment ça s’organise à Lille ?

Dans Food Porn, Lille, Night Night
Scroll par là

Bien-sûr qu’on a hâte d’aller boire un godet en terrasse mardi matin aprem soir avant d’aller manger un welsh au resto et pas chez soi. Sauf que ça ne se fera pas n’importe comment et on vous explique comment mairie, restaurateurs, cafetiers, gérants de bars, tenanciers, taverniers et food-truckiers (faites comme si ce mot existait) vont organiser tout ça.

On va commencer par des chiffres, pas forcément tous folichons, mais qu’il est bon de connaître :

  • la municipalité veut faire voter l’exonération des droits de terrasses à tout le secteur pour toute l’année (ça représente grosso modo 960 000 euros d’après la mairie).
  • ça ne suffira pas à sauver tout le monde et Gérard De Poorter, président de l’Umih (Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie) de la métropole lilloise, estime que 15 à 20% des établissements ne pourront pas rouvrir.

Si certains ont dû mettre la clé sous la porte pendant le confinement, d’autres ne pourront tout simplement pas rouvrir le 2 juin, faute de place nécessaire pour accueillir les clients en suivant toutes les nouvelles règles de distanciation sociale. En réduisant le nombre de couverts à l’intérieur, certains y perdraient même plus qu’en restant fermés.

Terrasse ou le Saint-Graal

A Lille, la stratégie pour éviter la catastrophe, c’est d’étendre au max les terrasses des établissements qui en possèdent déjà une. “Ceux qui n’en avaient pas hier ne pourront en revanche pas en avoir demain“, précise Martine Aubry qui tient quand même à ce que le fameux 1,40m de passage obligatoire sur les trottoirs pour les personnes à mobilité réduite soit respecté.

Comme les trottoirs de Lille ne sont pas forcément connus pour leur largesse, ce n’est pas évident à assurer partout. C’est donc par rue (ou tranche de rue) que la mairie a décidé d’allouer des extensions de terrasses quand c’était possible comme :

  • la Treille
  • la place Cormontaigne,
  • la gare d’eau aux Bois Blancs
  • le pourtour des Halles de Wazemmes
  • le début de la rue Pierre-Mauroy (côté Opéra)
  • les places Vanhoenacker et Déliot

Trois nouvelles rues piétonnes

Trois artères où ça foisonne de bons restos vont carrément devenir piétonnes dans le Vieux-Lille :

  • la rue des Bouchers
  • la rue de la Monnaie
  • la rue de Gand

Là, les restaurateurs et cafetiers bossent ensemble de leur côté pour se répartir l’espace tout en veillant bien à ne pas empêcher les riverains d’accéder chez eux.

Et la Grand-Place ?

Pas de trace de la Grand-Place alors qu’il y aurait de quoi faire côté terrasse. La faute… aux Bâtiments de France en fait. Bah oui, Lille est une ville riche historiquement ce qui veut dire qu’on ne peut pas faire ce qu’on veut (même la mairie) du domaine public reconnu comme patrimoine historique.

Et les BF ne veulent pas d’extension de terrasses pour le coup. Ca concerne donc

  • la Grand-Place
  • la place du Théâtre
  • la place Louise-de-Bettignies
  • la place des Archives
  • les berges de la Deûle

On boit et on mange comment ?

OK mais nous les clients, on fait quoi au final ? Et bien on rend la vie des restaurateurs et serveurs plus facile en respectant tous les gestes barrières et en restant au max assis. On va vous concocter une petite liste exhaustive ce week-end.

Gardez à l’esprit par exemple que vous devez limiter au max vos déplacements à l’intérieur du resto ou du bar car c’est masque obligatoire dans ces cas-là (pour faire pipi aussi oui). Evitez aussi de vous agglutiner à plus de dix face au bar, debout, un godet à la main.

Et on vous rappelle également qu’après 23 heures les terrasses ferment et que ça veut dire qu’il est temps de baisser le volume dans la rue pour les riverains. Certains bars et restos pourraient avoir des problèmes par la suite et subir des sanctions sur leurs terrasses. C’est déjà le cas au Nouveau-Siècle ou au début de la rue de Gand où les bars doivent remballer la terrasse à 22 heures et n’ont pas eu le droit à leur extension. Ceux de la rue Masséna ne l’ont pas obtenue non plus selon la mairie qui refuse que le déconfinement soit synonyme d’amnistie pour ceux “avec qui il y a eu des problèmes ou des débordements avant le confinement“.

Du coup, soyez cool et respectez les consignes pour éviter que des établissements ne doivent fermer une semaine après leur réouverture.