Les Bachelors by Eductive vous mettent un pied dans l’entreprise dès la première année

Dans Article Sponsorisé, La Fac, Lille
Scroll par là

Article sponsorisé @Eductive Lillenium

Chez Eductive Lillenium, on n’aime pas spécialement les gens qui disent “On a toujours fait comme ça”, ni ceux qui partent du principe que l’enseignement doit se passer dans une salle de classe avec un prof qui parle et des étudiants qui écoutent. A côté du jardin des Plantes de Lille, les Bachelors by Eductive, spécialisés en com’ et marketing en sont le parfait exemple.

On va construire le cours avec les étudiants“, confirme le directeur de la formation, Pascal Toth. Comprenez que le programme prévoit une trame qui sera suivie toute l’année, mais que la forme qu’elle prendra évoluera en fonction des besoins et envies des étudiants. Depuis quatre ans, dans les Bachelors d’Eductive, on travaille principalement sur les projets de vraies entreprises. “Ce sont des cas réels, des sociétés qui ont un problème à résoudre, détaille Pascal Toth. Et pour y arriver, les étudiants nous disent de quoi ils ont besoin : de notions en droit, en marketing, en PAO… Et on développe ces connaissances avec eux.

Être mis dans le bain aussi rapidement, dès la première année, c’est ce que le directeur de l’école considère comme une grande force. “C’est bordé, il y a des objectifs pédagogiques qui doivent être atteints à la fin de l’année, mais l’enseignement est bien mieux intégré si les élèves y ont pris part. C’est une formation très opérationnelle.” Qui convient particulièrement à ceux qui ne sont pas les plus grands fans de l’enseignement classique mais entendent bien faire de bonnes études malgré ça.

Et pour pousser la logique jusqu’au bout, les salles de classe avec tables et chaises face à un tableau ont disparu au profit de salles plus chaleureuses de coworking faites de poufs et de canapés. Ça c’est pour la méthode.

Entrepreneuriat et mode projet

Les Bachelors, à Lille, vous proposent de vous spécialiser dans trois domaines : marketing-communication, événementiel et design. Seuls quelques cours sont magistraux, et encore, dans une forme très personnalisée. “On fait 60% de mode projet, 20 % de cours (en anglais, par exemple) et 20% d’entrepreneuriat. Parce qu’il y a beaucoup d’étudiants qui ont déjà créé leur société avant de sortir d’ici“, précise Pascal Toth.

Et si les étudiants ont pris de l’avance dans leur programme, l’école leur propose d’aller plus loin avec quelques notions d’intelligence artificielle, de codage ou de web design.

La troisième année se fait en alternance. “On a 200 entreprises partenaires. On aide beaucoup les étudiants à trouver leur alternance, avec des séances de coaching. On les accompagne jusqu’à leur premier entretien.” Ensuite, c’est à eux de faire la différence.

Pour intégrer la formation en trois ans, il faut déposer un dossier et s’attendre à un entretien avec un membre pédagogique de l’école. Si vous pensez que votre dossier est léger en terme de résultats scolaires, pas de panique. Ce que Pascal Toth veut, c’est un vrai projet professionnel.Il y a plein de gens qui disent qu’ils aimeraient travailler dans la com’. Ok, très bien, mais pourquoi ? Il ne faut pas que ce soit par défaut.” Si vous êtes curieux et que vous aimez travailler en équipe, c’est le moment de le faire savoir.

Les inscriptions pour l’année prochaine sont ouvertes. Et pour vous rencarder sur l’école, on vous met son site internet.

Article sponsorisé @Eductive Lillenium