Masques offerts par la région et la ville : on fait le point sur la distribution à Lille

Dans Lille
Scroll par là

C’était la grande affaire du mois de mai : doter chaque habitant du secteur d’un masque en tissu pour qu’il ne se retrouve pas fort dépourvu une fois le déconfinement venu. A Lille, ce sont la mairie et la région qui ont conjointement bossé sur le sujet. Un mois après le début de la distribution, on répond aux dernières interrogations.

Ils sont où les Garridou ?

Souvenez-vous, dès la mi-avril, la ville de Lille lançait l’opération “Des masques pour tous” qui consistait à confectionner des masques Garridou par des bénévoles lillois.es. Une salle de la mairie avait d’ailleurs été transformée en atelier de couture géant pour l’occasion.

Bien entendu, le but n’était pas que quelques bénévoles confectionnent la totalité des 238 000 masques nécessaires pour en offrir un à chaque habitant de Lille, Lomme et Hellemmes. “L’opération consistait à contribuer à l’effort d’approvisionnement en masques“, indique la ville qui avait alors précisé qu’elle avait passé commande pour 500 000 masques en tissus à côté.

Les couturier.e.s bénévoles ont confectionné 8200 masques au total mais 200 n’ont pas passé le contrôle qualité.

Au total, 8 000 masques Garridou ont été cousus par les bénévoles pendant plusieurs semaines. Mais aucun habitant n’en a finalement reçu un dans sa boîte aux lettres à l’heure du déconfinement. Et sur les réseaux sociaux, on se demande où sont passés les Garridou sur lesquels on a tant communiqué. Ils n’ont pas disparu : la mairie indique qu’elle les a distribués à des assos sociales lilloises, lommoises et hellemmoises qui en avaient besoin pour leur maraudes ou distributions alimentaires.

Combien de masques par foyer au final ?

Une fois le 11 mai arrivé, la distribution des masques (pas les Garridou du coup) aux habitants a commencé. Entre deux, la région avait elle aussi annoncé qu’elle avait commandé pour six millions de masques en tissu car elle voulait s’assurer que chaque habitant des Hauts-de-France en soit pourvu.

Comme la mairie de Lille attendait de son côté ses propres commandes pour en distribuer au moins deux par foyer, les cerveaux de certains habitants (dont les nôtres, on l’avoue) avaient calculé (et compris) qu’ils allaient donc recevoir deux masques pour leur foyer de la part de la mairie et un masque par personne de la part de la région. Car :

  • six millions de masques de la région -> environ six millions d’habitants dans la région Hauts-de-France (selon l’Insee)
  • 500 000 masques par la ville de Lille -> il y a 147 710 foyers à Lomme, Hellemmes et Lomme. x2 ça fait donc 295 420 masques + un réassort pour les foyers qui comptent plus de deux adultes dans leur foyer, on reste large.

Bref, avec ces calculs, on pouvait penser qu’il y aurait deux distributions de masques, l’une par la ville et l’autre par la région. Ce qui n’a pas été le cas. Pour une raison assez simple qui est que tous les masques n’ont pas été réceptionnés à temps, que ce soit par la ville ou la région. Cette dernière a d’ailleurs privilégié les communes où la mairie n’avait pas pu passer de commandes de masques.

A la mi-mai, la région a donc pu envoyer 90 000 masques en tissu de type “Résilience” à la mairie de Lille qui, de son côté, avait reçu ses premières commandes de masques “Ruko” et “Résilience”. En combinant les deux stocks, il était alors possible à ce moment là de doter rapidement chaque habitant d’un masque en tissu réutilisable. Ce que la ville a réussi à faire entre le 11 et le 19 mai : 295 420 masques ont été distribués par la Poste dans les boîtes aux lettres de 147 710 foyers.

“Et c’était tout l’enjeu de cette distribution : dialoguer avec les communes de la région au cas par cas et faire des livraisons selon les besoins les plus urgents, explique Xavier Taquet, directeur de cabinet du président de la région, Xavier Bertrand. On a ensuite une relation de confiance avec les villes à qui on a délégué la distribution.

Sauf que les habitants n’étaient pas au courant de cette logistique. Ce qui a eu pour effet d’en laisser plus d’un perplexes lors de la réception des masques qui pouvaient varier de type selon les quartiers et donc sa provenance.

C’est quoi ce masque bec de canard ?

Car la distribution en mai comprenait donc trois types différents de masques :

  • Les masques en intissé blancs de l’entreprise “Ruko”, à pli central, commandés par la ville de Lille.
  • Les masques tissus blancs, bleus et roses à pli central de la société “Opullence”, commandés eux aussi par la ville de Lille.
  • Les masques “bec de canards” verts et bleus appelé “Résilience”, reçus de la région par la ville.

Et là, ça fait couac. Parce que certains habitants qui ont reçu les masques ‘becs de canard’, notamment du côté de Fives et du Vieux-Lille, se sont trouvés lésés par rapport aux autres qui ont reçu des masques à pli blancs. Forcément, s’imaginer recevoir un masque Garridou et se retrouver avec un masque bec de canard bleu a de quoi décontenancer.

Mais la région et la mairie le martèlent : le masque Résilience est tout aussi efficace que les autres. “Tous les masques que nous avons distribués sont classés en catégorie 1 en matière de filtration par la Direction générale de l’armement“, a précisé Martine Aubry lors du dernier conseil municipal.

Et c’est bien le cas :

Cliquez sur le texte pour accéder au site du projet Résilience.

Et pour ce qui est de la répartition des masques, la ville assure que la distribution confiée à La Poste s’est faite “par zonage, au fil de l’eau, selon les arrivages, sans distinction ou priorité particulière pour une rue ou un quartier. […] Il n’a, à aucun moment, pu être question de destiner un type de masque à une rue ou un quartier plus qu’un(e) autre“.

On reçoit quand les autres ?

Mais sachant maintenant que ces masques bleus viennent de la région, des habitants attendent encore que la ville leur envoie ceux qu’elle a elle même commandés une fois qu’elle les aura reçus.

Sauf que la distribution est bel et bien achevée. Le reste des masques de la région ne sont d’ailleurs pas encore arrivés à l’heure où on écrit ces lignes. “C’est en cours“, précise-t-on quand même du côté de la région. Mais chaque foyer ayant reçu son lot de deux masques à Lille, Lomme et Hellemmes, il n’y a pas de raison pour la ville de remettre en place une distribution en boîte aux lettres comme en mai.

En revanche, la plateforme demandemasque.lille.fr qui permet aux habitants de faire une demande de masque supplémentaire (masque défectueux, pas assez de masques dans le foyer, masque non reçu etc) est toujours active. 1200 demandes y ont déjà été enregistrées. Et pour le coup, “les masques distribués sur demande sont des « Ruko » et des « Oppullence »“, précise la mairie.

Si on fait les comptes

Au total la ville de Lille a commandé 1 272 000 masques dont 690 000 en tissu désormais tous reçus et en a donc distribués 310 000 aux Lillois (via La Poste + plateforme) pour un coût total de 2.4 millions d’euros. Le reste des masques, au delà de constituer un stock, est aussi là pour le personnel municipal, les assos…

Voilà. N’attendez donc pas de recevoir un masque de la région si vous avez reçu celui de la mairie en mai. Ou inversement. Mais si vous avez rencontré un souci avec votre masque reçu (ou pas) en boîte aux lettres, il y a donc la plateforme demandemasque.lille.fr. Si vous avez encore des doutes ou de quoi vous plaindre du modèle de la région, il y a le numéro vert (et gratuit) : 0800 026 080.