Même en temps de crise, il y a moyen de trouver une alternance

Dans Article Sponsorisé, La Fac, Lille, WorkWorkWork

Photo @CFA Jean Bosco

Scroll par là

Article sponsorisé @CFA Jean Bosco 

Pas hyper motivé à l’idée de s’engager dans une alternance si un confinement vous condamne au télétravail pour une durée plus ou moins longue ? On vous comprend. Mais les organismes de formation en alternance se sont adaptés et ont pris des mesures qui permettront aux étudiants de suivre leur formation sans être trop pénalisés. 

Le principe de la formation en alternance, c’est qu’on passe plus de temps à apprendre en travaillant qu’à suivre des cours. Pour le coup, cette fin d’année scolaire a été légèrement perturbée par une petite pandémie mondiale dont on taira le nom. Les organismes de formation ont dû s’adapter, parfois à la vitesse de l’éclair pour assurer la poursuite des études de leurs étudiants. “Il y a eu un très gros travail des équipes au sein des établissement, confirme Jean-François Desbonnet, directeur du CFA régional Jean Bosco. Pour, dans un délai très court, s’adapter et pouvoir répondre à cette continuité de service et cette continuité pédagogique.

Le réseau Jean Bosco, ce sont 2000 élèves, du CAP au master, tous en alternance aux quatre coins de la région – le CFA est présent dans tous les départements. La plus grande difficulté a été selon lui de s’assurer que tous les étudiants avaient le matériel informatique adapté… et même tout simplement la connexion internet qui va bien.

Prime pour les entreprises

Et pour la rentrée prochaine, le directeur et toutes les équipes du réseau travaillent tout aussi dur pour préparer une année un brin challenge. Avec quelques difficultés déjà levées. “On va pouvoir profiter des mesures gouvernementales pour la relance de l’apprentissage, précise Jean-François Desbonnet. Il y a une incitation envers les entreprises avec des primes pour l’intégration d’un jeune en apprentissage qui permettent à l’entreprise d’avoir un coût quasiment à zéro la première année.” Le travail du CFA est donc de faire connaître cette mesure auprès des entreprises, pour les rassurer et les inciter à parier sur l’embauche d’un alternant.

Et si un étudiant du réseau s’inscrit au CFA Jean Bosco et ne trouve, malgré ça, pas d’alternance, “il y a la possibilité d’intégrer des jeunes dans nos UFA (unités de formation d’apprentis) pendant six mois.” Une bonne manière de ne pas perdre une année à ne rien faire en attendant la rentrée suivante : “Ils auraient un statut de stagiaire de la formation professionnelle et pourraient suivre les cours comme les autres apprentis pendant cette période qui permet à l’UFA et au CFA de les accompagner pour trouver une entreprise d’accueil.

Et le CFA Jean Bosco a un autre chouette tour dans son sac : “Les UFA sont adossés à des lycées, et parfois on a la même formation en apprentissage et en voie scolaire. Ça permet de sécuriser le parcours. Un jeune qui rompt son contrat ou n’a pas de contrat, on pourrait le basculer sous statut scolaire et il pourrait donc poursuivre sa formation. C’est un des atouts de notre réseau.

Si ça vous intéresse, des journées portes ouvertes sont organisées le 29 août dans tous les centres de formation du réseau, de Château-Thierry à Dunkerque en passant par 35 villes (environ) de la région. 

Article sponsorisé @CFA Jean Bosco