A Vauban, un nouveau parc urbain est en projet sur la place du Maréchal-Leclerc

Dans Dans la rue, Lille
Scroll par là

On vous le dit tout de suite : ce n’est pas gagné, cette histoire. Mais la mairie de Lille espère quand même arriver à ses fins et faire de la grande place du Maréchal-Leclerc un “petit parc Lebas”. On vous explique les études déjà menées sur place, et là où ça risque de coincer. 

Remember : fin 2019, les élus lillois avait voté en conseil municipal l’engagement d’études en vue de reconfigurer la place du Maréchal-Leclerc. Leur projet idéal : installer sur cette place majeure de Lille de 18 000 m² un nouveau parc urbain.

Il pourrait commencer vers Cormontaigne pour s’étendre, imaginait à l’époque Jacques Richir, adjoint au cadre de vie. On pourrait y mettre des bancs, des jeux pour enfants et pour tout le monde, ça pourrait être un terrain de pétanque”. Mais surtout, rien qui puisse amener des activités trop bruyantes pour ne pas gêner le voisinage.

Les problèmes

Car des habitants il y en a. Près de 1 200 personnes rien qu’autour de la place, dans des immeubles d’habitation assez anciens, sans parking souterrain. Vous voyez venir le souci ? Si on construit un parc urbain, ça va quoi qu’il arrive impacter les mobilités et donc la circulation et le stationnement de la place.

Que l’on installe le parc au centre ou de chaque côté des voies, il faudra s’assurer que les riverains puissent accéder à leurs portes cochères ou continuer à stationner dans la rue. Même si pour ce dernier point, la maire de Lille indique que “des places de stationnement seront toujours possibles dans les rues adjacentes”.

Mais ce n’est pas le seul problème à prendre en compte. La place, au cœur de Vauban, n’est pas desservie par le métro mais par deux Citadines et, surtout, par la Liane 5. Elle est l’une des lignes majeures du réseau Ilévia et il faudra la prendre en compte si on veut réduire les voies de circulation ou simplement les détourner autour d’un éventuel nouveau parc.

Il y a aussi le réseau de gaz, d’électricité, de téléphone, le collecteur d’eau pluviale, l’accès pour le SAMU ou pour les banques du secteur. Bref, tout un tas de contraintes que les études menées depuis le début d’année ont forcément dû intégrer. Elles vont constituer la base pour les discussions avec les habitants.

Les réunions publiques commencent

Une première réunion publique est prévue ce 21 septembre et selon Martine Aubry, certains habitants vont arriver avec certaines idées. “Après, comme à chaque fois, il y aura ceux qui seront mécontents des changements qu’on souhaite apporter tout comme il y aura ceux qui diront qu’on est pas allés assez loin dans le projet, annonce la maire avant de conclure : Ça ne va pas être facile… Mais on va le faire quand même !

Les riverains sont invités à la première réunion publique sur ce grand projet le 21 septembre prochain à 18h30 à l’école d’ingé’ Icam (rue Aubert). Le lieu reste encore à confirmer mais si vous habitez le secteur, vous devriez très prochainement recevoir un courrier dans votre boîte aux lettres avec toutes les précisions.