Les Pulpeuses, le webzine décomplexé qui s’épanouit depuis Lille

Dans Chill, Lille
Scroll par là

Clito, règles, recettes gourmandes ou encore psychologie (pas de comptoir). Voilà un petit aperçu des sujets que vous allez retrouver chez les Pulpeuses. Ce webzine né à Lille en 2014 a dans son sein une vingtaine de rédactrices (dont pas mal de Lilloises) qui vous distillent au gré de leur envie leur tips et témoignages de meufs de la vraie vie. 

La squad des Pulpeuses est piquante, dynamique et sans tabou. Elle est en fait à l’image de sa créatrice, Stéphanie Ramsay, 34 ans, Martiniquaise mais surtout Lilloise d’adoption depuis maintenant 13 ans. “Bon, je ne voulais pas venir ici au départ, ce sont mes parents qui m’ont forcée à les suivre. Mais je ne regrette pas, puisque même si la météo et la mentalité étaient différentes, j’ai très vite adoré Lille, une ville qui me semblait libre, comme je voulais l’être.

Stéphanie poursuit les études de commerce qu’elle avait démarrées en Martinique et entre dans le (dur) monde du travail. Elle s’y épanouit jusqu’à ce que le harcèlement moral entre dans sa vie pro’. Elle le subit pendant trois ans et trouve un exutoire dans un blog qu’elle crée. “J’y parlais de mon rapport au corps, de ma condition de femme, de mes névroses. J’écrivais aussi les questions que moi-même je me posais dans la vie de tous les jours, explique Stéphanie. Et puis j’ai commencé à avoir des femmes qui me posaient aussi des questions et me demandaient des conseils… Sauf que je n’étais ni thérapeute ni coach.

Du blog perso au webzine communautaire

En revanche, sa voisine du dessus, l’était, thérapeute. Stéphanie va donc toquer chez elle un jour, un peu dépassée par les messages privés qu’elle reçoit de sa petite communauté. “Voilà comment sont nées les Pulpeuses. Et on fonctionne toujours comme ça aujourd’hui : avec des rédactrices ‘expertes’ dans leur domaine, que ce soit en mode, cuisine, beauté ou encore sexualité.

18h30 • OUVERTURE DES PORTES DU PLAISIR FÉMININ 👅Chez Les Pulpeuses Magazine on adore faire tester nos lectrices…

Publiée par Les Pulpeuses Magazine sur Mercredi 9 septembre 2020

Pendant quatre ans, le blog des Pulpeuses s’est construit avec ses premières chroniqueuses mais aussi la communauté grandissante. Jusqu’à basculer de blog à magazine en ligne en 2018. “On a des bannières pubs, parce qu’il faut bien faire tourner le site mais sinon on reste dans ce qu’on sait faire : du vrai, du concret et du pratique qui va servir là tout de suite“, résume Stéphanie qui réduit de plus en plus son implication dans la rédaction pour laisser la place à ses “expertes”.

View this post on Instagram

🥐💄 Les Barbies "comme nous" ⁣ ⁣ Débordées, pas épilées, confiture sur le t-shirt, enfant accroché à la jambe…Ces Barbies-là, dépassent carrément les standrards de la "femme parfaite" inventée par la société. 💁‍♀️⁣ ⁣ On les doit à Tonya Ruiz (@grandmagetsreal), ancienne mannequin qui a subi les violences du monde de la mode 👠💣. Elle dénonce les troubles alimentaires, la perte de confiance en soi, l'écrasement du modèle "Barbie" parfaite. ⁣ ⁣ Militante du 𝐁𝐨𝐝𝐲 𝐏𝐨𝐬𝐢𝐭𝐢𝐯𝐢𝐬𝐦𝐞, elle nous donne le sourire avec ces Barbies "normales" mais au combien géniales ! Découvre son compte Instagram @grandmagetsreal, on adoooore la Barbie qui l'a représente 😂👓⁣ ⁣ #normalpeople #barbie #barbielife #bestbarbiephotos #reallife #barbiereal #tonyaruiz #femmes #réalité #bodypositive #imparfaitementparfaite #epanouissementfeminin #lespulpeusesmagazine

A post shared by Les Pulpeuses Magazine (@lespulpeusesmagazine) on

Ce qui ne l’empêche pas de garder œil sur le webzine et de tout faire pour continuer à le faire grandir. “Il est encore gentillet pour le moment mais on veut vraiment devenir la bonne copine à portée de smartphone. Sans jugement, sans tabou.” Et pour ça, la fondatrice, et désormais auto-entrepreneuse à côté, compte mettre en place des talks d’ici la fin de l’année.

Dans la digne continuité de mon post précédent, je suis à la recherche de 2 personnalités publiques dont vous avez les…

Publiée par Stéphanie Ramsay sur Mercredi 9 septembre 2020

Toujours pour aborder ces fameux sujets tabous “mais dans le contexte d’une conversation, pour que ce soit plus profond“, explique Stéphanie. Elle ne sait pas encore quand ni comment tout ça va arriver sur Les Pulpeuses mais le meilleur moyen de le savoir, c’est de suivre le webzine lillois sur son site ou ses réseaux : Facebook et Insta.

Ah oui, et surtout, n’hésitez pas à envoyer un MP ou DM à Stéphanie si vous voulez vous aussi partager votre savoir.