Cinquante caméras de vidéosurveillance vont être installées à Lille en 2021

Dans Dans la rue, Lille

@Patrick_James / Archives La Voix du Nord

Scroll par là

Plus de vidéoprotection, plus de policiers municipaux“. Lors de sa conf’ de presse rentrée, la maire de Lille a commencé à faire le rétro-planning de son programme sur la sécurité. Dans son viseur : Solfé-Masséna, la gare Lille-Flandres, la place des Reigneaux et les spots de deal. 

Elles seront cinquante d’ici l’automne 2021, disséminées dans Lille, à des endroits stratégiques. Elles apparaîtront au fil de l’année, dans certaines rues piétonnes et/ou réputées à problème mais aussi des halls d’immeubles où le deal est connu.

Les premières installations devraient “se faire rapidement” a assuré Martine Aubry lors de sa conf’ de rentrée qui s’est tenue vendredi dernier. “Il y a un groupe de travail qui s’est déjà réuni avec monsieur Papineau [patron de la police du Nord ndlr.].” Le but de ces réunions : bosser avec la police nationale pour savoir quels sont les endroits où on a besoin de vidéosurveillance mais aussi quel matériel est le plus adapté.

Caméras mobiles en attendant

Pour les lieux, la maire de Lille a déjà des secteurs en tête. Comme certaines rues commerçantes et piétonnes ou encoreles rues où ne sont pas respectées les règles communes selon ses mots. Son exemple vendredi ? Masséna-Solférino. Le spot festif par excellence des jeunes fait pas mal parler de lui pour ses excès nocturnes. Des caméras y seront donc installées “pour pouvoir vérifier en permanence et prouver que les règles communes ne sont pas respectées“, dixit Martine Aubry.

Combien ? Quand ? Où exactement ? Rien n’est encore acté pour l’heure. Mais en attendant, des caméras mobiles vont être utilisées “dès maintenant” dans les coins lillois, dits sensibles. En parallèle, cinquante policiers municipaux doivent être engagés au cours de ce mandat “dont 25 dès cette année“.