Un bar à fripes “Fripeur Le Dauphin” va bientôt débarquer à Roubaix

Dans Ch'est bieau
Scroll par là

Voilà un lieu où vous pourrez chiner à votre aise et dégoter des pièces uniques pour vraiment pas cher. Fripeur Le Dauphin s’installera à Roubaix en janvier 2021 et mettra en ligne son propre site web par la même occasion. Simon, aux manettes de la friperie, compte vous aider à renouveler votre garde-robe sans casser votre tirelire.

Avant de se lancer dans l’aventure entrepreneuriale, Simon Salinas a bourlingué et a connu une trentaine de boulots différents. C’est finalement dans les vêtements de seconde main qu’il a jeté son dévolu. “Après un roadtrip qui passait par la Belgique, j’ai ramené plein de fripes chez moi, en Normandie. J’ai tout vendu à mes potes et ils m’ont surnommé Fripeur”, sourit-il. Il a continué de shopper toutes ses sapes en Belgique tout en ayant en tête de développer un projet favorisant les fringues de seconde main à Lille. C’est donc naturellement qu’il appelle son nouveau bébé Fripeur Le Dauphin. Le concept prendra forme après sa rencontre avec Antoine Gatie, désormais son associé. “Il est Président de l’association Alter Vêtements, qui revalorise les déchets textiles en ayant recours à la technique du patchwork. Je ne voulais pas créer une simple friperie, mais une chaîne de revalorisation”, glisse le Normand. En gros, les deux hommes dénichent des vêtements à la tonne et s’approvisionnent dans le Pas-de-Calais ou en Hollande par exemple. Chaque pièce est méticuleusement triée par leur team qui effectue des retouches au cas où. Tout est ensuite revendu à des petites friperies de la métropole lilloise. Elles remettent ces vêtements sur le marché à prix minis. Pour résumer, c’est ce qu’on appelle l’économie (ou la mode) circulaire.

Être stylé sans trop dépenser

Mais d’ici quelques mois, Fripeur Le Dauphin aura son propre bar à fripes à Roubaix et son site où vous pourrez vous procurer toutes ses pépites. La marque s’adresse aux hommes et aux femmes et propose vraiment tous les styles de vêtements : des maillots de foot, des jean Levi’s, des jupes plissées… Mais surtout, il y en a pour tous les budgets. Certaines pièces sont à 5€, d’autres à 30€. “Le but est de permettre aux gens de bien s’habiller avec peu de moyens. On propose de la quantité et de la qualité”, ajoute Simon.

Quand les fringues ne trouvent pas preneur, elles partent en dons : “L’année dernière, on a donné 100 kg à des migrants et sans-abris”. D’autres pièces sont aussi offertes à de jeunes créateurs à la recherche de matière première pour s’exercer ou lancer leur marque.

View this post on Instagram

Aaah la salopette… Bleu de travail ou denim on l'aime car elle est pratique, et si on vous en apprenait plus ? . L'étymologie du mot "salopette" vient de "salope", en vieux français, qui signifiait "crasseux"! . A sa création, la salopette était bien différente du vêtement que l'on connaît aujourd'hui. Créée par Adolphe Lafont, elle consistait en une large combinaison de travail, portée par les ouvriers sur leurs vêtements, pour éviter des les salir . Perfectionné et breveté à la fin du 19ème siècle, c'est alors qu'un certain Levi Strauss, inventeur américain du blue jean, s'en est inspiré pour commercialiser les premières salopette en denim. Aujourd'hui la salopette à une vraie place de diva dans le Vintage. . ??@ornella_kay ?@tokusessui ?️@clemg__ ?@fldstudio . . . #shootingday #outfitinspiration #vintage #vintageoutfit #slowfashion #denim #style #modeethique #economiecirculaire #fashionrevolution #friperielille #friperie #thrifted #lookoftheday #fripeurledauphin

A post shared by Mouvement Éco-responsable (@fripeurledauphin) on

Un crowdfunding pour propulser la marque

L’espace de vente s’étendra sur 300m2. Pour s’installer dans des conditions optimales, Fripeur Le Dauphin needs you. La campagne de financement participatif démarre le 8 octobre. L’équipe aimerait entre autres aménager un terrain de basket où des artistes viendront grapher les murs. Ça fera un spot ultra classe pour les shooting. L’argent récolté servira d’autres trucs, comme acheter des cintres, financer le bar ou la déco.

L’ouverture au grand public est prévue pour janvier 2021, mais dès octobre il sera possible de faire son shopping en ligne. L’entrepreneur précise que : “Le bar à fripes sera ouvert les vendredi, samedi et dimanche de 10 heures à 19 heures”. Covid oblige, il faudra passer par la case réservation parce que ce sera pas plus de 30 personnes en même temps. Ce qui est cool, c’est que vous aurez le droit de chiner tout en sirotant un godet, ou bien déguster une petite crêpe. De quoi joindre l’utile à l’agréable.

Fripeur le Dauphin habite au 117 bis, rue Montgolfier à Roubaix, entrée E. Pas très loin des arrêts de métro et tram Eurotéléport. Les réservations des créneaux se feront en ligne lorsque le site sera officiellement sorti. En attendant, on vous laisse mater la page Facebook et la page Insta.