[Covid-19] Les restos’U de la métropole lilloise aussi doivent diviser par deux leur capacité d’accueil

Dans La Fac, Lille, Santé !
Scroll par là

En plus des facs et des BU, les restos universitaires doivent eux aussi limiter à 50% leur accueil aux étudiant.e.s depuis ce mardi. Sauf qu’il y avait souvent déjà la queue depuis la rentrée pour manger son repas assis à l’intérieur d’un des restos’U de la métropole lilloise. On vous explique ce qui va changer maintenant. Et aussi ce qui ne changera pas. 

Le directeur du Crous de Lille, Emmanuel Parisis ne le cache pas : “Ça va être une semaine difficile à passer mais on espère que tout se régulera naturellement dès la semaine prochaine.” Autant vous dire que réduire de moitié les places assises dans les RU du secteur devant lesquels il y a déjà foule ne donne pas le sourire à grand monde.

Surtout vu le timing donné par le gouvernement pour mettre tout ça en place. “En pratique, il y aura peu d’impact sur notre offre dans les points de vente à emporter, note le directeur lillois. C’est vraiment au niveau des salles de restos que ça va être tendu.” La logique voudrait que si moins d’étudiant.e.s viennent en cours en présentiel, moins débarqueront ensuite au resto’U pour manger. Il y aura forcément un lien de cause à effet mais pas forcément partout et pour tou.te.s. Notamment pour les boursier.e.s qui viennent y manger midi et/ou soir pour 1€.

“45% des repas qu’on sert depuis la rentrée sont des repas à 1€, annonce Emmanuel Parisis. Associée à l’aide de la région* qui offre 100 repas aux plus hauts échelons, cette aide permet à certains de venir manger deux repas complets par jour pour 1€ au total.” Ce qui n’est clairement pas négligeable dans un budget étudiant. Difficile d’imaginer ces jeunes ne pas venir se restaurer à l’extérieur de leur appart, même avec des cours en visio.

Les solutions envisagées

Pour accueillir plus de jeunes, le Crous de Lille a opté pour l’élargissement des horaires d’ouverture ces prochains jours avec une demi-heure par-ci et une autre par-là selon les restos. Mais pas de vente à emporter, en revanche. “On pourrait le faire, on en a les moyens. Mais ce serait refiler la patate chaude à l’Université qui devrait gérer ensuite les étudiants qui chercheraient un endroit où manger au chaud et au sec”, explicite le directeur.

Les deux entités sont d’ailleurs en lien pour trouver des alternatives communes. L’une des pistes envisagée serait, par exemple, l’ouverture de salles le midi au sein de l’Université pour accueillir les étudiant.e.s qui n’auraient pas trouvé de place dans un resto du Crous. Mais ce n’est pour l’heure qu’une idée évoquée.

* Ce dispositif , c’est “L’aide à la restauration Hauts-de-France”. En gros, la région en partenariat avec le Crous, offre 100 repas gratuits en restos’U par année universitaire et par personne aux étudiants boursiers des échelons les plus élevés (4, 5, 6, 7) et âgés de moins de 35 ans. Toutes les infos pour y avoir droit, c’est par