Les Enfants de Vauban, la nouvelle distillerie de gins atypiques made in Hauts-de-France

Dans Food Porn, Lille
Scroll par là

Vous allez pouvoir concocter des Gin Tonic bien bons. La distillerie Les Enfants de Vauban vient tout juste de s’implanter à Cuincy, pas loin de Douai. Aux manettes, Christian Delobelle. Actuellement, l’entrepreneur s’est surtout spécialisé dans le gin, mais il va proposer une large gamme de spiritueux bio, fabriqués par ses soins.

La marque est née il y a quelques mois et Christian vient de lancer son site web. « Tout s’est joué pendant le confinement. J’ai passé 10 ans à redresser des entreprises en difficulté. Début 2020, j’en ai eu ras-le-bol », raconte-t-il. Christian plaque tout pour rendre concret un projet qu’il avait sous le coude depuis un moment : ouvrir une distillerie et concevoir ses propres alcools. Direction le Cantal, puis la Suisse pour être formé par des distilleurs qui pèsent dans le game. Ensuite, c’est à Cuincy que le quadra dégote un local pour installer ses alambics (les appareils qui servent à distiller) au feu de bois.

« On est tous des enfants de Vauban »

L’entrepreneur est un Nordiste pure souche. Il est né à Gravelines, puis a étudié à Lille. Autrement dit, des villes fortifiées par l’architecte Vauban : « Quand j’étais militaire, j’ai aussi vadrouillé dans plusieurs fortifications Vauban. Rien que dans le Nord, il a érigé 29 places fortes. Au final, on est tous des enfants de Vauban ». Du coup, le nom de sa société était tout trouvé. Pour l’instant, l’ex-militaire la joue solo et gère tout de A à Z : élaboration des recettes, choix des ingrédients, distillation, mise en bouteille…

Il s’est spécialisé dans le gin. La liqueur de gin à la rose, c’est son breuvage phare à base de baies de Genièvre, de pétales de roses, de racines d’angélique et de feuilles d’hibiscus. « À l’avenir, je vais aussi faire du rhum et du whisky. Les produits que j’utilise proviennent essentiellement des Hauts-de-France. Pour le gin au safran, le safran vient de la Baie de Somme par exemple », insiste Christian. Il a aussi recours à des produits typiques de chez nous, minutieusement sélectionnés, comme des betteraves ou de la chicorée. Le pompon : tout est certifié bio. Très bientôt, le Nordiste va même mitonner une recette originale à partir de bêtises de Cambrai, garantie 100 % made in Hauts-de-France.

Pour parfaire vos cocktails

Sinon, le distilleur fait aussi de l’absinthe. Un savoir-faire ancestral à 62€ la bouteille. Pour la petite histoire, cette fameuse boisson a été interdite pendant près d’un siècle avant d’être réautorisée en 2011. Le producteur doit juste faire gaffe au taux de thuyone, une molécule qui, à fortes doses, peut provoquer des hallucinations. Bref, à consommer avec modération of course. Tous ses nectars authentiques, Christian préconise de les déguster plutôt en cocktails et pas on the rocks. Côté gin, les prix varient entre 25 et 52€ selon les ingrédients. À Lille, vous en retrouverez certains à la carte de Chez Brigitte : « C’est le premier resto qui m’a fait confiance. Le chef a travaillé dans des établissements étoilés et a sublimé mon élixir de bière en l’utilisant dans un plat ».

Voir cette publication sur Instagram

Pour ceux qui auraient un doute sur l’artisanat 🤣🤣🤣

Une publication partagée par Distillerie (@lesenfantsdevauban) le

Le site internet des Enfant de Vauban est encore en construction mais les bouteilles sont dispo en ligne. Pour vous mettre l’eau à la bouche, vous pouvez vous balader sur la page Facebook ou la page Instagram.