Comment marche la prime accordée aux étudiant.e.s infirmier.e.s et aux élèves aide-soignant.e.s ?

Dans La Fac, Lille, Money Money Money
Scroll par là

Good news pour certain.e.s, la région va de nouveau octroyer des primes exceptionnelles à ceux et celles qui ont bossé en stage en pleine épidémie. On vous explique comment l’obtenir si vous êtes concerné.e.s. En revanche, les dates retenues pour avoir droit à cette aide ne vont pas forcément ravir tout le monde…

Comme au printemps dernier, la région des Hauts-de-France, comme d’autres dans le reste du pays, ont débloqué une bonne grosse enveloppe pour reconnaître et, surtout, valoriser les stagiaires infirmier.e.s et aide-soignant.e.s mobilisé.e.s pendant la période d’urgence sanitaire.

Au printemps, on a ainsi pu aider plus de 9200 jeunes pour un montant total qui avoisine les 10,5 millions d’euros, détaille Monique Ryo, la vice-présidente régionale en charge des formations sanitaires et sociales et de la santé. Pour ce renouvellement, on a pour l’instant prévu une enveloppe de 8 millions d’euros qu’on rallongera si besoin.

Critères

Parlons money money maintenant : le montant de cette prime exceptionnelle s’élève à :

  • 1 400 € mensuels max : pour les stagiaires IDE (Diplôme d’Etat d’infirmier), proratisé au nombre de semaines effectives en stage (soit 350 € par semaine). Ce montant sera versé déduction faite des indemnités de stage légales, versées par les IFSI.
  • 1 000 € mensuels max : pour les stagiaires DEAS (Diplôme d’Etat d’aide-soignant), proratisé au nombre de semaines effectives en stage (soit 250 € par semaine).

Voilà. Et sachez que toute semaine de stage commencée sera comptabilisée comme une semaine complète.

Mais attendez avant de vous ruer sur votre compte en banque pour faire votre nouveau budget. Il y a bien évidemment des conditions à remplir, à savoir :

  • être étudiant.e ou élève inscrit.e auprès d’un IFSI ou d’un IFAS situé dans les Hauts-de-France autorisés par la Région.
  • avoir été en stage du 2 novembre au 31 décembre 2020

On a bien mis en gras ces dates car elles vont forcément en décevoir plus d’un.e. Comme par exemple Manon* : “Malheureusement j’ai été en stage du 1er septembre au 9 novembre… en pleine crise covid ! Mais je ne vais toucher qu’une semaine… cherchez l’erreur.

Choix des dates

On a posé la question à Monique Ryo concernant le choix des dates. Pour elle, au delà du fait qu’il faut bien déterminer une durée, “ces dates ont été choisies car elles correspondent à la reprise épidémique et à son pic, qu’on situe au 11 novembre. Pour le 31 décembre, c’est simplement parce que les chiffres restant hauts pour le moment, en deçà de la barre des 5000 contaminations par jour en tout cas.

Pour certain.e.s stagiaires, ces dates correspondent surtout à celles du confinement et ils/elles se sentent lésé.e.s “alors qu’on a aussi été confronté.e.s au retour de l’épidémie avant novembre“. En jetant un œil aux dernières données de l’ARS (diffusées le 26/11), concernant par exemple les hospitalisations, certain.e.s avancent qu’ils/elles ont été confronté.e.s à la reprise épidémique dès la mi-octobre.

Derniers chiffres de l’ARS Hauts-de-France (cliquez pour avoir le rapport complet).

Dans les clous

Si votre stage rentre dans les dates données par la région, vous aurez jusqu’au 31 mars 2021 pour demander votre prime sur une plateforme dédiée qui sera mise en ligne ces prochains jours. Il faudra vous munir entre temps d’une attestation de votre institut, prouvant votre stage, ses dates et sa durée.

*Le prénom a été changé par souci d’anonymat.