Alien, l’ovni qui va poser ses épices quai de l’Ouest

Dans Food Porn, Lille
Scroll par là

Si vous avez un petit peu voyagé, vous savez que le terme “alien” est utilisé dans beaucoup de pays pour désigner l’étranger, celui qui vient d’ailleurs. Quai de l’Ouest à Lille, Alien, ce sera un restaurant et un bar, et on y viendra pour découvrir de nouvelles saveurs, de nouvelles odeurs, et une nouvelle manière de boire et de manger.

Tout est prêt depuis une éternité. “On était prêts à ouvrir en novembre“, assure Thibault Ordonneau, l’un des associés qui se cachent derrière une galaxie de lieux lillois cool (le Mother, le Babe, le Britney, le Mag’, My Love). Il faut dire que le local, neuf, vide et vaste, se refaisait une beauté depuis des mois. “On en profite pour pour soigner les finitions.

Et dès que les restos et les bars auront à nouveau droit de se laisser remplir de monde affamé et assoiffé, Alien ouvrira. “C’est un concept basé sur la chaleur humaine“, assure Thibault. Compliqué d’imaginer ouvrir à moitié, en faisant de la vente à emporter ou en livraison. Il faudra attendre que la situation sanitaire s’améliore pour de bon. $

No frites, no fusion

En attendant, on peut vous donner un petit sneak peak de ce que sera cet Alien. L’établissement s’est installé le long d’un bras de la Deûle, en face d’EuraTechnologies. “C’est un lieu lié au transport fluvial, au voyage. Le commerce international s’est développé grâce au commerce du textile et de la bouffe.” Thibault fait ici référence aux comptoirs d’épices, aux routes marchandes qui traversaient des pays pour exciter les papilles d’occidentaux en mal d’exotisme. Voilà l’essence d’Alien.

Photo @Alien

On va travailler des modes de cuisson différents, comme la cuisson sans chaleur, en saumure ou au citron, on va aller chercher des techniques différentes, et s’affranchir les codes de la région, détaille Thibault. C’est ambitieux, mais on ne va pas faire de frites, par exemple.” Et bien sûr, les plats regorgeront d’épices. Mais attention, “ce ne sera pas de la cuisine fusion“.

Si votre gosier a besoin d’humidification, vous aurez le choix entre des vins étrangers, quelques cocktails (Thibault a évoqué l’idée d’un mojito fumé), et bien sûr de la bière. Quand à l’ambiance, Thibault choisit une analogie qui devrait parler à tout le monde. “Dans tous les films, genre Game of Thrones, Lord of the Ring ou encore Star Wars, il y a toujours au moins une scène dans une taverne qui évoque le voyage, avec un mec chelou avec une capuche au fond. C’est l’alien, l’étranger. Ce sera moins théâtralisé, mais l’esprit de ces endroits plein de chaleur, ce sera ça.

On vous en dit plus quand on en sait plus sur l’ouverture de ce troquet.