Le nouvel étage de la bibliothèque de Science-Po ouvrira mi-février

Dans La Fac, Lille
Scroll par là

Ça y’est, plus que quelques semaines avant que la bibliothèque étudiante du centre de Lille s’ouvre sur un nouvel étage du bâtiment. Elle qui était souvent archi-bondée pourra désormais accueillir près de 350 étudiant.e.s 7 jours/7 de 9 heures à 22 heures. Quand le couvre-feu et la crise sanitaire seront passés en tout cas…

On vous refait rapidos l’histoire : en 2018, les étudiant.e.s lillois.e.s avaient lancé une pétition pour que la mairie laisse la bibliothèque de Science-Po s’étendre dans les étages inoccupés du bâtiment. Les 200 places assises du rez-de-chaussée n’étaient clairement pas assez nombreuses pour accueillir tou.te.s les étudiant.e.s qui venaient y étudier et bosser leurs partiels. Car une bibliothèque ouverte tous les jours, jusqu’à 22 heures, à deux pas du centre-ville et qui accueillent les étudiant.e.s du supérieur public (et pas que Science-Po donc), ça ne court clairement pas les rues, voyez-vous.

Du coup, il n’était pas rare de voir une foule de jeunes attendant aux portes de la bibliothèque. Et logiquement, ils ont demandé une extension du lieu pour pouvoir tou.te.s rentrer.

Le problème, à l’époque, c’est que le rez-de-chaussée était prêté gracieusement par la ville. Mais cette dernière n’avait pas l’intention de faire de même pour les étages (il faut bien rentabiliser un peu direz-vous) et le loyer était alors un brin trop cher pour Science-Po. Après une pétition et une bonne défense du dossier, la mairie a finalement baissé ses prix et a accepté de laisser le premier étage de 675 mètres carrés du bâtiment à Science Po pour un loyer d’environ “63 000 euros“, d’après la directrice de la bibliothèque Coline Blanpain.

Elle nous a d’ailleurs fait un topo complet des aménagements de l’étage en cours depuis la mi-juillet, en plus d’une petite visite de fin de chantier.

Terrasse, kitchenette et toilettes non-genrées

Déjà, par où on monte ? Car à l’origine, seul un escalier de service permettait d’accéder à l’étage. “L’architecte a eu la bonne idée de transformer le local serveur pour y installer un bel escalier en bois“, détaille la directrice. Il se situe à gauche du bâtiment, avec un accès par le couloir de gauche justement, ou par la salle centrale du rez-de-chaussée.

Sous la moquette, le bois.

En parlant de salle centrale : vous voyez la magnifique voûte ? Et bien c’est grâce – ou à cause – d’elle que le 1er étage est comme qui dirait coupé en deux. Il y aura donc deux parties à ce niveau-là , ce qui ne permettra donc pas de doubler la capacité de places mais de passer quand même de 200 à 350 places.

Mais surtout, les étudiant.e.s ont pu dresser une petite liste de desiderata qui ont été pris en compte lors de l’aménagement de l’étage. Il y aura par exemple une salle kitchenette avec des tables pour manger, un plan de travail, un évier, une source d’eau potable pour remplir sa gourde ou de quoi la faire bouillir pour son thé. “On ne sait pas encore tous les usages qu’elle aura. Ce n’est pas pour cuisiner mais plutôt pour manger sa salade et nettoyer sa gamelle par exemple. Il faudra aussi voir comment les étudiant.e.s respectent l’endroit.” En tout cas, ce coin qui avait l’air tout biscornu au départ aura une utilité.

Le futur coin kitchenette.

Dans les deux parties réservées, l’architecte a dû faire face à deux autres soucis : le plafond assez bas en hauteur et le manque de luminosité. Mais honnêtement, il s’en est bien sorti. En jouant sur le blanc et le bois, les vitres, les voussettes (un mot qu’on appris à cette occasion d’ailleurs) et les néons, il a réussi à rendre l’espace clair et spacieux.

Dans les autres demandes des étudiant.e.s, il y avait aussi les toilettes de l’étage qui sont non-genrées, du mobilier modulable qui va arriver et de nouveaux box de travail dans la partie de droite. Dans la partie de gauche, on retrouvera une salle de projection avec une cloison modulable elle-aussi, un espace détente avec la presse qui monte à l’étage, tout comme les collections littérature et histoire. “Ça nous permet aussi de libérer des places en bas et, surtout, ça répond au désir des étudiant.e.s de travailler au milieu des livres“, confie Coline Blanpain.

Ah et on a gardé le meilleur pour la fin : la terrasse ! Oui, vous avez bien lu. En fait, en créant le nouvel escalier, il y a aussi eu possibilité de construire une petite terrasse extérieure avec un mur végétalisé. “On aurait aimé la faire plus grande et sur tout le toit mais il n’était pas assez porteur“, explique la directrice. Il n’en reste pas moins qu’il y a un spot extérieur depuis l’étage et que ça ne fait clairement pas de mal.

On va finir la visite ici en vous précisant qu’en bas, les box de travail vont avoir de nouvelles tables et passer d’une capacité de 4 à 6 personnes ; qu’avec l’extension de l’étage, la bibliothèque passera de 13 à 20 moniteur.rice.s et qu’une partie des travaux a été financée par la région.

Rendez-vous mi-février pour découvrir tout ça. Si on n’est pas reconfinés d’ici là, bien évidemment.

La bibliothèque de Science-Po Lille se situe place Georges-Lyon, à deux pas du parc Lebas et de Répu, et elle accueille tou.te.s les étudiant.e.s du supérieur mais uniquement du public. En ce moment, la bibliothèque est en demi-jauge et il faut réserver avant d’y aller.