[Good mental] Trouver du soutien et de l’écoute au nouveau relais étudiants de la clinique des 4 Cantons

Dans La Fac, Lille, Santé !
Scroll par là

Avec les cours à distance et une vie sociale ultra réduite, beaucoup de jeunes voient leur santé mentale décliner. Il n’existe pas de solution miracle mais il y a quand même moyen de trouver de l’aide. On va faire le tour de ce qui existe pour les jeunes et on continue avec la Fondation Santé des étudiants (FSEF) de France installé depuis 16 ans à 4 Cantons et son nouveau relais pour les lycéen.ne.s et étudiant.e.s en mal être psychologique.

Située à deux pas du terminus de la ligne 1, la FSEF a ouvert sa clinique spécialisée en psychiatrie en 2005 et ce n’est pas un hasard si elle se retrouve en plein cœur du campus de Cité Scientifique. “C’est un établissement pour pathologies psychiatriques réservé aux 15-25 ans. Et notre ambition, c’est de faire des études un levier thérapeutique, explique la directrice de la clinique, Carole Bridoux. Ça signifie qu’il y a ici autant un suivi psychiatrique que pédagogique car on pense qu’à cet âge si particulier de la vie, il faut une prise en charge personnalisée, et surtout, ne pas rompre le lien avec les études.

Vous l’aurez compris, c’est une clinique et on peut donc s’y faire hospitaliser. Une extension est d’ailleurs en train d’être construite pour augmenter, d’ici 2022, la capacité d’accueil en hospitalisations et en hôpital de jour. “Aujourd’hui, on accueille un peu plus de lycéens que d’étudiants. Et c’est pour favoriser la prise en charge de ces derniers que cette extension a été lancée“, ajoute la directrice.

Écoute, évaluation et orientation

En revanche, le nouveau relais de la clinique, lui, a déjà ouvert il y a quelques semaines et c’est de lui dont on va surtout vous parler. Car bien évidemment, mieux vaut prévenir que guérir et la clinique voulait un nouveau dispositif plus souple et accessible pour aider les jeunes qui sente mal psychologiquement sans savoir vraiment vers qui se tourner rapidement. “L’idée, avec ce relais, c’est de pouvoir déstigmatiser la psychiatrie auprès des jeunes et de leur offrir une évaluation médicale et pédagogique“, explique Carole Bridoux.

C”est donc avant tout un lieu d’écoute où Aurélie, l’infirmière spécialisée, est la première que vous aurez au téléphone ou en face de vous si vous venez toquer à son bureau. “Le plus souvent les jeunes m’appellent, je recueille les premières données et ensuite on peut fixer un rendez-vous pour une consultation en présentiel“, explique-t-elle. Elle n’est bien évidemment pas toute seule dans l’équipe du relais : un médecin psychiatre, une interne et deux psychologues en font également partie. “Les jeunes peuvent décider de me voir uniquement au début mais je peux également recevoir avec un.e collègue psychologue à mes côtés.”

Parce que oui, c’est normal de ne pas aller bien, surtout dans cette période d’incertitude et de solitude. Et mieux vaut d’ailleurs ne pas attendre d’être au plus mal pour chercher de l’aide. “L’écoute permet souvent de libérer beaucoup de choses, appuie Aurélie. Et bien entendu qu’on a le droit de ne pas aller bien quand on est enfermé.e depuis des mois chez soi. On n’en est pas fou ou folle pour autant, il suffit parfois de parler et de se sentir écouter pour débloquer pas mal de choses.

Aurélie, l’infirmière du relais.

Six séances

En moyenne, le relais fonctionne avec six consultations max avant de rediriger le/la jeune vers d’autres partenaires de la clinique (comme le BAPU, le SUMPPS etc) si besoin. “On vient juste d’ouvrir, donc on n’a pas encore de longs délais d’attente comme d’autres organismes qui croulent sous les demandes, note Sarah, l’encadrante du relais. Ça se compte en semaines chez nous là où on est déjà sur plusieurs mois ailleurs. Ça répond aussi à un besoin pressant dans le secteur et pour les jeunes.

Pour rencontrer Aurélie, il suffit de téléphoner au 03 20 43 88 16 pour prendre rendez-vous (mardi ou jeudi aprem). Il y a aussi des permanences téléphoniques les lundis, mercredis et vendredis de 9 heures à midi et de 13 heures à 16 heures et des permanences d’accueil le mardi, sans rendez-vous, de 14 heures à 17 heures. Tout est bien évidemment gratuit : il suffit de venir avec sa carte vitale et sa mutuelle. La carte étudiante n’est pas obligatoire pour le coup.

La clinique des 4 cantons a un site internet et se trouve avenue Paul-Langevin à Villeneuve-d’Ascq. Pour accéder à la clinique (qui est en travaux souvenez vous), il faut sonner à une petite grille qui se trouve à sa droite, prendre un petit chemin piéton qui longe les travaux et vous arrivez à l’accueil de la clinique où vous serez bien accueilli, promis.