La ville de Roubaix lance un appel à candidature pour deux guinguettes en bord de canal

Dans Chill, Lille
Scroll par là

Voilà qui annonce un été bien chill. La ville de Roubaix, dans son intention de faire du canal un lieu de promenade et de détente, lance un appel à candidature pour l’installation de deux guinguettes cet été. Pour quatre mois pour commencer, mais la pérennisation n’est pas exclue.

Imaginez : des tables, des bancs ou des chaises, une buvette pour se rincer le gosier, un peu de musique, et le canal comme décor. C’est ce que Roubaix entend poser comme ambiance dans deux spots inutilisés de la ville. “Le premier, quai de Wattrelos, est très bucolique, avec de beaux arbres, un bel espace“, démarre Alexandre Garcin, adjoint délégué aux espaces publics et à la biodiversité. “Ici, on imagine quelque chose d’assez simple, mais avec une belle ambiance, des animations, des activités, pourquoi pas sur l’eau… C’est une zone sous utilisée qui pourrait être un très bel endroit.

Les porteur.euse.s de projets auraient alors 4 800m2 à occuper comme bon leur semble. “Il faudra que la future guinguette puisse compléter l’offre du festival Pile au Rendez-vous, qui a lieu juste à côté, et qui cette année se tiendra sur dix jours en juillet.

D’industriel à festif

Le second site proposé est plus challengeant. Situé quai d’Anvers, il est à cheval sur Roubaix et Wattrelos, et mesure… 26 000m2. “C’est plus difficile de se projeter dans un tel espace, convient Alexandre Garcin. Mais on le propose parce qu’on a déjà eu des suggestions de la part de porteur.euse.s de projet, on pourrait être surpris.

Les prétendant.e.s à l’occupation temporaire de ce site devront prévoir des animations tout au long de l’été, avec des bals, des jeux, de la restauration et de quoi boire un coup. Il faudra que les propositions conviennent à toute la famille, et que le gros de la programmation se tienne les week-ends. Et il faudra que le projet soit conçu de manière durable.

Ces deux guinguettes s’inscrivent dans un projet plus vaste de parc naturel urbain du canal de Roubaix, précise l’adjoint. L’objectif est de favoriser la biodiversité, avec des zones plus préservées. Mais c’est une zone urbaine, et il faut donc une connexion avec la ville. C’est là qu’on se dit qu’on a droit d’envisager des lieux plus festifs, avec des animations, du sport de la culture…” Pour permettre, aussi, aux habitant.e.s de la métropole de voir le canal sous un nouveau jour. “C’est un des barreaux de communication de la métropole. Mais on part de loin : c’était un espace très industriel, et c’est encore comme ça dans l’esprit des gens. Ce n’est pas un lieu festif.

Une image en passe de changer, donc. D’autant que du succès de ces guinguettes éphémères dépendra leur pérennisation. “Ça peut effectivement être la préfiguration de quelque chose de plus durable.” Les porteur.euse.s de projet ont jusqu’au 5 mars pour rendre leur dossier. La ville rendra son verdict le 22 mars, pour un démarrage de saison en juin. On vous tient au courant dès qu’on en sait plus.

En attendant, vous pouvez aller lire le cahier des charge et la procédure pour candidater sur le site de la ville de Roubaix.