A cause du Covid, deux enseignes Le Buzz vont tirer leur révérence début mai

Dans Dans la rue, Lille
Scroll par là

Les magasins Le Buzz vont devoir se séparer de deux boutiques, une à Lens et l’autre rue de la Clef à Lille. Ce n’est pas une surprise, le Covid a énormément impacté le chiffre d’affaires des commerces en centre-ville et la propriétaire, qui ne s’estime pas assez aidée, est en colère.

Il y a onze ans, la créatrice de la marque, Barbara Boucif, a lancé le premier magasin Le Buzz à Lens. Puis, quelques années plus tard, la gérante pouvait fièrement regarder pousser non plus une mais quatre enseignes dont trois à Lille (deux rue de la Clef, une rue du Sec-Arembault). Dans les rayons : vêtements et accessoires life style et sportwear. Et d’un coup : le Covid, les confinements, les couvre-feux… Tout a basculé et deux lieux (un rue de la Clef, un à Lens) vont devoir fermer début mai.

Les deux magasins vont fermer le 1er mai, le jour de la fête du travail“, ironise Barbara. Les problèmes financiers sont venus mettre de gros coups aux commerces de proximité et pour se relever, pas d’autre choix que de fermer des portes “pour pouvoir flotter et éviter les pertes“, continue la gérante.

Pour vous donner une idée de la chose, les trois enseignes lilloises Le Buzz représentaient environ 30 000 euros de location chaque mois. En plus de ça, rajoutez le nombre de clients dans les boutiques limité, les horaires réduits et la baisse de fréquentation des commerces…

Peu d’aides et grosse colère

On nous demande des mesures exceptionnelles mais on ne peut pas profiter d’aides exceptionnelles“, explique Barbara. Avec un million de chiffre d’affaires perdu depuis le début du premier confinement, pas d’autres choix que de brader les prix au maximum. A Lens les produits descendent jusqu’à moins 70%, et jusqu’à moins 50% pour les prix lillois.

Pour l’instant, deux magasins Le Buzz sont présents rue de la Clef à Lille. Celui qui fermera ses portes n’est pas Le Buzz Lab mais celui juste en face, spécialisé dans les sneakers et les accessoires.J’ai peur pour ma marque. Dans cette situation c’est dur, surtout que les gens vont plus vers le digital maintenant“, détaille la créatrice de l’enseigne.

Destockage va prendre la place de liquidation jusqu’au 19 mars

Pour les salariés, grosse galère

L’autre problème en ces temps difficiles, c’est de gérer ses employé.e.s. Si vendeuses et vendeurs sont encore en boutique, beaucoup de jobs ont déjà dû être supprimés comme la communication/marketing et l’assistante de gestion. Et c’est malheureusement loin d’être fini, huit salariés vont aussi partir au chômage prochainement…

Si vous voulez encore profiter de l’enseigne, n’hésitez pas à vous rendre au 12 rue de la Clef à Lille. Pour le reste, vous pouvez checker Facebook et Instagram.