[Covid] Le Nord et le Pas-de-Calais placés sous “surveillance renforcée”

Dans Lille, Santé !
Scroll par là

C’est Jean Castex qui vient de le dire. Dans sa conférence de presse de ce jeudi soir, le Premier ministre a écarté le confinement immédiat mais place une vingtaine de départements sous “surveillance renforcée”, dont le Nord et le Pas-de-Calais.

Pas de confinement immédiat, a vite rassuré Jean Castex. L’idée est de garder les gens au travail, les enfants à l’école, et tout le monde dans une santé mentale pas trop en lambeaux. Mais voilà, le taux d’incidence, le pourcentage de variant anglais dans la population de Français.e.s et la hausse soudaine du nombre de cas dû au variant anglais a poussé le gouvernement à mettre une vingtaine de départements sous “surveillance renforcée” : tous les départements de l’Ile-de-France, une bonne partie des Hauts-de-France, la Meurthe et Moselle, le Rhône… Et donc, le Nord et le Pas-de-Calais.

“Mesures de freinage”

Cette surveillance renforcée signifie, selon les mots du Premier ministre, qu’il a été demandé “aux préfets de concerter les élus” dans les prochains jours et, à la lumière des chiffres clés (incidence, nombre de cas, pression en services de réanimation…) d’émettre, d’ici la semaine prochaine, des recommandations pour “des mesures de freinage proches de celles engagées à Nice et Dunkerque.” Ces mesures seront prises avant le weekend du 6 mars.

Pour mémoire, les agglomérations de Nice et Dunkerque doivent, à compter de vendredi soir, entrer en confinement les weekends, tant que la situation ne s’améliore pas. A Dunkerque, par exemple, le taux d’incidence (le nombre de cas pour 100 000 habitant.e.s) a dépassé les 900, quand le seuil d’alerte est fixé à 250. Si vous vous posiez la question, le taux d’incidence dans la métropole lilloise est passé sous le seuil d’alerte cette semaine avec 201 cas pour 100 000 habitant.e.s, ce qui est cool. Mais il paraîtrait que la vague Dunkerquoise pourrait déferler sur la métropole dans les prochains jours.

Dans le Pas-de-Calais, ça ne va pas fort : le taux est de 341, et le taux d’occupation des lits en réa est de 128%.