À la fac de lettres et sciences humaines de la Catho, le virage numérique s’est fait en un week-end

Dans Article Sponsorisé, La Fac, Lille
Scroll par là

Article sponsorisé @FLSH

Mettre en place, en un temps record, un enseignement à distance sans mettre en danger la continuité pédagogique, c’est ce que toute formation dans le supérieur a connu l’année passée. A la fac de lettres et sciences humaines de la Catho, c’est passé par une révolution numérique.

Il y avait eu des progrès, des avancées, mais c’était un peu poussif“, reconnait Lucas Thénard, vice-doyen de la faculté de lettres et sciences humaines (FLSH pour faire plus court), et enseignant-chercheur en géographie. C’est lui qui manœuvre le développement de l’innovation pédagogique au sein de la fac. Et il y avait donc du boulot, même si la Catho veille à rester dans le ton de la modernité.

Puis vient le Covid, le confinement #1, et des milliers d’étudiant·e·s de la fac se retrouvent confiné·e·s chez eux, sans parler des profs. Un défi pour Lucas Thénard. “Il a fallu se retourner en un week-end, on a eu très peu de temps.” Comme tout le monde, les outils tels que Zoom se sont démocratisés. “Il a fallu, nous tous, enseignant·e·s, personnels administratif, embrasser pleinement les outils numériques.

La plateforme Moodle, déjà utilisée par les étudiant·e·s et les enseignant·e·s, a été transformée en gigantesque base pédagogique, les profs ont été formés aux outils numériques, et les salles de classes ont été équipées pour que s’y tiennent des cours en ligne. Si bien qu’aujourd’hui, les étudiant·e·s viennent en cours à la fac une fois par semaine, et suivent le reste de l’enseignement à distance. Des caméras dans les salles de cours permettent aux profs d’enseigner sur Zoom autant qu’à ceux et celles physiquement présent·e·s.

Des progrès qui ont aussi permis d’organiser des partiels à distance dans les trois pôles de la fac (culture et communication, langue et international, et psychologie), en fin d’année dernière comme pour le premier semestre de l’année en cours.

Une fois la crise sanitaire passée, les outils numériques, eux, resteront. Les avancées faites dans l’urgence restent des avancées, et permettront à la faculté de poursuivre le développement de l’enseignement numérique, mais de manière plus apaisée maintenant.

Pour vous renseigner sur la faculté de lettres et de sciences humaines de la Catho, on vous conseille d’aller faire un tour sur ce site.

Article sponsorisé @FLSH