Ce week-end, dix bars de Lille vident leurs fûts à prix cassés

Dans Bière, Lille

Photo @Mousse touch

Scroll par là

Ça fait des mois qu’aucune pinte ne sort de leurs becs. Que les lumières restent éteintes. Que le zinc prend la poussière. Que les fûts ne se vident pas. Heureusement, les tenancier·e·s de bar ont de bonnes idées. Comme ceux de la Mousse Touch, qui organisent leur deuxième grande vente de bières à prix cassés les 10 et 11 avril, et emmènent dans leur sillon neuf autres bars de la ville.

Dans les caves ou les arrières-cours des bars de la ville, des fûts patientent depuis des mois d’être vidés dans des verres, eux-mêmes attendant d’être versés dans des gosiers asséchés. Les soirs passent et la bière vieillit. Et comme elle n’est pas dans des barriques de vieux vin ou de whisky, il faut la boire urgemment sous peine de la voir tourner au vinaigre.

Quand on a fait notre premier événement, il y a deux semaines, on s’attendait à vider une dizaine de fûts, raconte Bertrand de la Mousse Touch, à J.-B. – Lebas. On en a vidé plus de cent.” L’opération growlers (le système, fourni par Jean Bouteille, qui permet d’embouteiller des fûts de bière) a été un tel succès que le couple décide de récidiver le week-end des 10 et 11 avril.

Le truc, c’est qu’on reste en contact avec les autres tenancier·e·s de bar de Lille. Et franchement c’est très dur. On n’a pas du tout envie de tomber dans le misérabilisme, mais c’est difficile.” Leur vient alors l’idée de partager cette bonne idée. “Une mini-station growler, ça coûte 700 euros, c’est un investissement. Jean Bouteille a proposé de louer des stations aux bars juste pour le week-end.” Et c’est comme ça que dix bars de la ville vont vider leurs fûts dans dans des bouteilles consignées. Voilà les heureux participants :

  • La Mousse Touch (J.-B. – Lebas)
  • Le Craft Touch (Wazemmes)
  • La Pépite (Sébastopol)
  • La Biche et le Renard (rue de Gand)
  • La Capsule (rue des Trois Mollettes)
  • Le Gastama (rue Saint-André)
  • Le Barnett (rue Saint-Sébastien)
  • Le Cirque (rue des Postes)
  • Le Taste ‘n Brews (Marcq-en-Baroeul)
  • La Boulangerie Bar (Rue des Postes)

Un destockage qui va permettre à de la bière d’être sauvée (la date de limite d’utilisation optimale étant dépassée, il faudra la boire vite, dans les 15 jours), aux bars d’ouvrir leurs portes à nouveau, aux patron·ne·s de voir des client·e·s, et aux client·e·s d’acheter de la bonne bière à pas cher. “Ça va dépendre des bars et des bières, mais le litre démarrera à 3 euros.” S’il vous arrive d’acheter de la bière artisanale, vous savez que ce montant n’est pas commun.

On conseille vraiment de faire une précommande, alerte Bertrand. Chaque bar a déjà mis ou mettra en ligne un système de vente en amont. “Ça évitera les files d’attente trop longues, mais ça nous permettra aussi de prévoir au mieux les bonnes quantités.

Si le week-end se passe bien, certains bars envisagent de remettre le couvert un peu plus régulièrement jusqu’à ce qu’ils puissent rouvrir pour de bon. “Je sais que le Gastama veut s’y mettre, la Pépite aussi“, confirme le gérant.

Il existe un event Facebook pour cet événement. Pour les précommandes, Jean Bouteille a une page dédiée rien qu’à ça ou Lille Addict (qui aide à l’organisation du week-end) qui a concocté une chouette carte interactive avec des liens de réservation pour chaque bar. Mais autrement, vous pouvez vous rendre dans le bar de votre choix les 10 et 11 avril prochains entre 10 heures et 19 heures.