Au Louvre-Lens, les prochains week-ends, la danse investit la Galerie du Temps

Dans Culturons-nous, Lille

Photo @Anne Van Aerschot

Scroll par là

Il y a l’art qui reste, immuable, à travers les siècles. Et il y a l’art plus vivant, moins éternel mais tout aussi émouvant. Les prochains week-ends, l’Opéra de Lille et le musée du Louvre-Lens se sont maqués pour faire se rencontrer leurs deux arts. Une compagnie de danse belge va faire de la Galerie du Temps sa scène.

Prenez treize danseurs et danseuses, une chorégraphe, et un musée. Mettez les ensemble, et demandez à l’Opéra de Lille de secouer tout ça. Voilà Dark Red, un spectacle dansé créé par la belge Anne Teresa De Keersmaeker spécialement pour la Galerie du Temps du Louvre-Lens. Pour ceux et celles qui ont la chance de n’avoir pas encore découvert cette fameuse Galerie du Temps, voilà le topo.

Le lieu est, en un seul tenant, un très grand et très large couloir. Les œuvres du musée ne sont pas accrochées à ses quatre murs, mais installées au beau milieu du couloir. Et comme indiqué, la muséographie a pour thème le temps : quand on va tout droit, vers le bout de la galerie, on va du 4e millénaire avant notre ère jusqu’au XXIe siècle. Quand on zigzague entre les œuvres d’une même période, on va d’une aire géographique à une autre. Topo terminé.

Mouvement des hommes et du temps

Maintenant, l’événement : l’Opéra de Lille et le Louvre-Lens ont eu la bonne idée de travailler ensemble sur un projet de création artistique ambitieux. Dark Red est un pestacle de danse pas comme les autres : les treize danseurs et danseuses de la compagnie Rosas, tenue par la chorégraphe Anne Teresa De Keersmaeker, ne vont pas investir la Scène du Louvre-Lens, mais sa Galerie du temps. Sur le thème de la marche et du temps (normal), ils performeront au milieu des œuvres une fois par jour les deux prochains week-ends.

Si bien que les visiteurs qui seront dans la Galerie à 14 heures tomberont sur des danseurs et danseuses contemporain·e·s en plein mouvement. Le mot n’est pas choisi par hasard : c’est le mouvement, celui des humains et celui du temps, qu’a voulu explorer la chorégraphe. Les performeurs démarreront par un simple pas, et enchaineront sur une choré conçue comme un dialogue entre les œuvres du musée et les humains qu’ils représentent. On ne vous en dit pas plus, c’est typiquement le genre d’œuvre qu’il faut voir pour la comprendre.

Quand même, les infos pratiques : rendez vous les 18, 19, 20, 25, 26 et 27 juin à 14 heures dans la Galerie du Temps du Louvre Lens, qui habite rue Paul-Bert (oui, le parc du musée prend environ toute la rue). L’entrée dans cette exposition permanente est gratuite, mais on vous conseille vivement de réserver votre créneau pour être sûr·e de pouvoir entrer. Et le musée a un site internet. Et on vous fera dire que l’expo temporaire, Les Tables du Pouvoir, est toujours visible.