A Blaringhem, Florent Ladeyn prend les rênes de l’estaminet Anosteké

Dans Food Porn, Lille
Scroll par là

Il y a le Vert Mont à Boeschepe, Bloemeke/Bierbuik et Bloempot à Lille, et maintenant, Anosteké à Blaringhem. Florent Ladeyn et ses associés Clément Dubrulle et Kevin Rolland viennent de reprendre la gestion de l’estaminet au sein de la brasserie du Pays Flamand.

Contexte : à Blaringhem, les locaux historiques de la Brasserie du Pays Flamand comprennent, en plus des cuves et des chais où vieillissent des dizaines de litres de bière, un estaminet qui tourne depuis deux petites années. “Olivier et Mathieu (les deux patrons de la brasserie) sont des amis de longue date, démarre Florent Ladeyn. Ils nous ont beaucoup aidés quand on a ouvert la brasserie du Bierbuik, et en même temps, on les a aidés à mettre en place l’estaminet Anosteké.” Le temps passe, le chef cuistot brasse sa bière à Lille et les brasseurs font tourner leur resto à Blaringhem.

Dix secondes

En avril, ils nous ont appelés pour savoir si on pouvait envoyer quelqu’un de chez nous pour être chef de cuisine, poursuit Florent. Mais c’était compliqué. Le plus simple, c’était qu’on reprenne tout le bébé. Ca s’est décidé en dix secondes, on marche au coup de cœur.” Et voilà que lui et son équipe deviennent locataires du restaurant, qui s’appelle donc désormais Anosteké Bloemeke. “J’ai décalé un de mes gars de l’auberge (du Vert Mont) qui est donc chef là-bas, on a repris l’équipe existante et on a créé cinq emplois supplémentaires.

Ce que les clients trouveront là-bas, c’est un doux mélange entre les identités cousines du Pays Flamand et de la galaxie Bloempot et consorts. “On voulait une formule qui puisse convenir aux habitués tout en y amenant notre patte.Vous pourrez, cette semaine, par exemple, manger des croquettes de crevettes grises ou de maroilles, ou encore un faux-filet maturé avec une sauce carbonnade. “On propose aussi un menu à 25 euros“, poursuit Florent. Cette semaine, comptez sur un velouté d’asperges avec un œuf poché et du haddock, une joue de porc et une pavlova fraises-menthe-verveine.

Moules-frites

Tous les plats sont servis avec des saladiers de frites, de salade, et de légumes cuisinés. Notre vision de l’estaminet, c’est de voir sur la table un gai bordel avec des plats partout. Il faut que ce soit simplement bon.” Et convivial : “Tous les quinze jours, la brasserie sort une nouvelle bière éphémère. Donc un jeudi sur deux, on fera une soirée à thème dont on n’a pas encore trouvé le nom, pour faire découvrir cette nouvelle bière. Ce sera un menu unique. Là par exemple, on a fait moules-frites les derniers jeudis, parce qu’on avait de magnifiques moules d’Oye Plage, et parce que c’est un plat trop bon.

Dans les semaines qui viennent, l’équipe prendra aussi la main sur la déco, et va quasiment doubler le nombre de couverts. “Il y a eu des travaux, on a une nouvelle veranda. On peut passer de 40 à 75 couverts. On a démarré à 40 couverts parce que c’est un peu comme une rentrée scolaire : si tu loupes ta rentrée, le reste de ton année est pas top. Je ne veux pas mettre trop de pression à mes gars.” La seule pression qu’il y aura à l’estaminet, c’est celle qu’on sert en pinte.

L’estaminet Anosteké Bloemeke est ouvert du jeudi soir au dimanche midi. Il se trouve au 425b, rue André-Plockyn à Blaringhem. Et il a un site internet.