Le doublement des rames du métro prend encore du retard

Dans Lille, Transport
Scroll par là

On aimerait vous dire que c’est un poisson d’avril qui a maturé jusque fin août mais non : il y a un mois, la société Alstom a expliqué à la MEL que le lancement des nouvelles rames sur la ligne 1 du métro lillois ne pourrait finalement pas se faire au printemps 2023 mais en décembre 2023.

Pour ceux et celles qui arrivent fraîchement à Lille, on vous refait rapidos un résumé de situation (pour les autres vous pouvez directement aller au quatrième para). Il y a moult années de ça, genre vers 2012, la Métropole Européenne de Lille (LMCU à l’époque) avait annoncé un doublement des rames de métro pour la ligne 1 du métro (la jaune) qui commençait à montrer des signes de surcapacité lors des heures de pointe. Il était donc question de super rames neuves de 52 mètres de long avec des travaux sur les quais de la ligne pour accueillir les petites nouvelles qui devaient arriver… en 2016.

On ne va pas vous refaire toute la liste des rebondissements de ce projet qui a donc déjà plus de cinq ans de retard. Retenez juste que l’un des principaux soucis rencontrés, c’est le fait qu’Alstom a longtemps bloqué face à la complexité du nouveau système de pilotage automatique qu’il devait développer pour faire rouler les nouvelles rames.

Forcément il y a eu des contentieux entre la MEL et Alstom qui n’ont pas aidé. En 2019, on pensait pourtant voir le bout du tunnel : après une renégociation de l’accord (où la MEL a eu droit à une bonne indemnité de retard), tout le monde était d’accord sur un nouveau calendrier. Pour 2023, ce sera bon.
On vous remet juste ici notre reportage sur le sujet tourné en novembre 2019

Coucou la crise sanitaire

Sauf que cet été, nouveau rebondissement. La Voix du Nord explique il y a quelques semaines dans un article que huit mois de retard sont encore à ajouter à la deadline fixée en 2019 : on ne parle plus de “avril-juillet 2023” mais de “décembre 2023”. C’est Alstom qui aurait fait part de cette mauvaise nouvelle à la MEL courant juillet selon le quotidien.

Les raisons de ce retard invoquées par Alstom : “Des difficultés en interne liées aux effets de la crise sanitaire; au télétravail…“, liste La Voix du Nord avant d’ajouter que le service en charge du fameux système de pilotage automatique est délocalisé en Inde, pays très fortement touché par le Covid.

Résultat : de nouvelles négos devraient s’ouvrir à la rentrée entre la MEL et Alstom. Le première pourrait toucher 2 millions d’euros de nouvelles indemnités de retard. Interrogés par La Voix, les deux vice-présidents de la MEL aux transports et aux finances expliquent que ces pénalités ne sont pas “une fin en soi” et qu’avoir le plus rapidement possible les doubles rames sur le réseau restent la priorité.

On aime de moins en moins avoir à écrire ça, mais bon : “affaire à suivre” comme on dit.