Des assos étudiantes lilloises lancent un dispositif d’hébergement d’urgence pour les étudiant.e.s sans toit

Dans Ch'est bieau, Lille, Un toit sur la tête
Scroll par là

Le Groupement des Associations Lilloises Étudiantes, GALILLÉ, est en train de mettre en place un réseau pour permettre de mettre en relation des Lillois·es qui ont une chambre, un lit ou un canap’ à disposition gratuite des étudiant·e·s totalement en galère et qui n’ont toujours pas trouvé de logement.

Tout le monde vous le dira à Lille : il n’a sûrement jamais été aussi compliqué de se loger pour un jeune. Le marché immobilier est ultra tendu et les travaux de rénovation sur plusieurs résidences Crous n’arrangent rien : “Sur les 3 900 chambres en location sur tout le campus, 1 200 ne seront pas disponibles pour la prochaine rentrée universitaire, soit près d’un tiers d’entre elles“, expliquait le directeur du Crous de Lille à France Bleu en juin dernier.

Bref, c’est la galère. Les assos étudiantes, qui ont aussi fait leur rentrée, ont donc pris le problème à bras le corps : plusieurs d’entre elles, membre du groupe GALILLÉ, sont en train de construire un réseau d’hébergement d’urgence baptisé Le Tiot Accueil.

Formulaires en ligne

Le principe est simple et repose sur le volontariat et la solidarité : si vous avez un canap’ ou une chambre de libre que vous voulez bien prêter gratos à un·e étudiant·e en galère pour un temps donné, vous pouvez devenir hébergeur·se provisoire. Il suffit pour ça de remplir un formulaire en ligne à partir de ce lundi 13 septembre. Vous mettez bien sûr vos conditions et la durée d’hébergement que vous pouvez offrir.

À partir du 20 septembre, un autre formulaire sera dispo, cette fois-ci pour les étudiant·e·s en galère et sans toit. À partir des données récupérées, les jeunes bénévoles de GALILLÉ feront matcher les
hébergeur·euse·s et demandeur·euse·s dont les critères correspondent.

Ce dispositif n’a bien évidemment pas vocation à devenir pérenne mais bien à répondre à l’urgence du moment : des jeunes sans logement qui doivent faire leur rentrée dans une grande métropole, parfois loin, très loin de chez eux, en attendant de trouver leur propre studio.

D’autres assos étudiantes ont d’ailleurs lancé des dispositifs similaires dans d’autres grandes villes étudiantes de France comme Toulouse ou Strasbourg.

Ah et d’ailleurs, si vous voulez donner un coup de main autre que l’hébergement provisoire d’urgence, vous pouvez venir aider à gérer le tableur avec toutes les données que l’asso va recueillir. Toutes les infos avec les différents formulaires du Tiot Accueil sont à retrouver juste ici.