A Fives ce week-end, le 188 inaugure La Cour, son nouveau tiers lieu artistique

Dans Ch'est bieau, Culturons-nous, Lille
Scroll par là

C’est une petite rue, cachée par la mairie de quartier, qui abrite désormais 23 compagnies et associations culturelles. Le 188, tiers lieu se consacrant aux arts vivants, vient d’ouvrir ses portes au public. À compter de maintenant, il est possible de s’inscrire pour des cours et des ateliers.

En vrai, on est installés depuis le mois de mars ici, s’amuse Elsa Hanot, qui nous fait visiter le 188. Mais on ouvre la partie au public ce week-end.” Derrière un grand portail gris anthracite, rue Castiglione, à deux pas du métro, vingt-trois compagnies d’art vivant se sont installées. Certaines ont besoin d’un bureau, d’autres viennent profiter de l’espace de coworking, d’autres enfin utilisent également le très grand studio au parquet tout neuf. “C’est un plancher sur demies balles de tennis qu’on a récupéré à la Fédération nationale, s’amuse Elsa. Chaque balle est coupée en deux et placée sous les planches. Ça permet un amorti parfait, ça fait une vraie différence pour le corps.

Le lieu est donc avant tout un espace de travail pour des compagnie qui ont besoin de place pour créer. Le 188 leur offre la possibilité de mutualiser les moyens techniques pour éviter d’avoir à trouver un local, un studio, à assumer les charges seules… Et le lieu a été pensé pour que les gens se croisent, soient amenés à discuter, à partager expériences et idées, à créer ensemble… C’est un lieu qui ressemble à une grande maison, confirme Elsa. L’idée, c’est de réunir les gens dans un lieu convivial.

Et de permettre aussi au public d’en profiter. “La journée, le studio sera réservé aux professionnel·le·s, mais le soir, le public pourra participer à des ateliers.” Il va être possible d’apprendre à dessiner des modèles vivants, à danser de mille manières, à méditer… Il sera possible de faire du yoga, de la zumba, du théâtre, ou de découvrir le feldenkraïs, une méthode de prise de conscience corporelle qui mêle mouvement, respiration et adresse. Et bien d’autres choses encore : des créneaux restent disponibles pour de nouveaux cours et ateliers.

Inauguration

Dans la cour du 188, un dernier espace n’est pas encore attribué. “C’est une place pour un restaurant“, annonce Elsa. Le Handshake Coffee s’était manifesté avant de mettre finalement la clé sous la porte. Les chef·fe·s qui projettent de s’installer peuvent donc aussi se faire connaître auprès du tiers-lieu.

D’ailleurs, à propos : ces samedi et dimanche, le 188 ouvre grandes ses portes au public pour découvrir le lieu, les compagnies et les activités proposées. L’entrée est libre et il faut un pass sanitaire. Il y aura des concerts, une buvette et de la bonne ambiance. Vous pourrez aussi découvrir les ateliers proposés. C’est gratuit, mais il faut réserver avant d’arriver.

On vous laisse aller sur le site du 188 pour en savoir plus sur le projet.