Problèmes de TER : après les menaces de la région, la SNCF promet des renforts humains et matériels

Dans Lille, Transport
Scroll par là

Depuis la rentrée, les retards, incidents, annulations sur les lignes TER des Hauts-de-France s’accumulent. Agacée, la région a donc menacé de suspendre ses paiements à la SNCF. Et après une réunion ce mardi, cette dernière a promis des renforts en contrôleurs, conducteurs, locomotives et maintenance pour un retour à la normale d’ici la fin novembre.

L’annonce d’un plan de transports adapté (autrement dit, moins de trains) pour les vacances de la Toussaint a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase pour la région. “D’habitude, on voit ça entre Noël et Nouvel An et au cœur des vacances d’été, c’est normal. Mais à la Toussaint, c’est une première, tonne Franck Dhersin, vice-président à la région en charge des mobilités. Les étudiants n’ont souvent qu’une semaine de vacances voire pas du tout et les gens continuent de travailler à cette période, alors pourquoi ?

Selon la SNCF, les fortes perturbations que la région connaît avec ses TER sont causées à la fois par un problème de personnel (notamment à cause des formations annulées pendant les confinements) mais aussi par pas mal de rames tombées en rade (Franck Dhersin rapporte “un problème de sanglier” cité par la SNCF lors de la réunion).

Et si la région a tapé du poing sur la table après cette dernière annonce, c’est qu’elle avait aussi déjà un bon stock de reproches à faire la SNCF sur son offre TER depuis la rentrée. “Le taux de suppression a bondi en 2021 sur l’ensemble du réseau TER par rapport aux niveaux observés en 2019 : pratiquement 50% de plus au premier semestre et près de 3 fois plus depuis la rentrée de septembre“, indique-t-elle dans un communiqué de presse ce lundi.

Un moyen pour elle de faire savoir son mécontentement publiquement à la société ferroviaire tout en la menaçant de suspendre les paiements qu’elle doit à la SNCF. En réalité, on est sous convention et on aurait juridiquement du mal à le faire. Mais il fallait qu’on tape du poing sur la table, confesse le vice-président. De toute façon, on ne veut pas qu’on nous rende de l’argent : on veut que la situation se rétablisse au plus vite.”

Les promesses

Une réunion a donc eu lieu ce mardi après-midi entre le vice-président, le directeur national des TER et le directeur régional SNCF des Hauts-de-France. Et des promesses ont donc été faites à la région. Les voici.

  • Avant le 8 novembre :
    • 30 nouveaux contrôleurs
    • 10 conducteurs supplémentaires
    • 10 agents de maintenance supplémentaires
    • plus de maintenance le week-end
    • 2 locomotives supplémentaires
    • diminution des sous-compositions de trains (en gros diminution trains qui ont moins de rames qu’annoncé)
  • Après le 8 novembre :
    • 14 autres nouveaux contrôleurs
    • 8 conducteurs supplémentaires (en plus des 10 d’avant)

Selon Franck Dhersin, ces renforts coûteront 900 000€ à la SNCF qui va également rétrocéder 1 million d’euros à la région pour service altéré.

La réduction de l’offre de trains pendant les vacances de la Toussaint reste donc d’actualité. Mais la SNCF veut rassurer “en s’engageant à un retour à la normale d’ici la fin novembre” annonce le vice-président aux mobilités qui doit faire de nouveaux points à la mi-novembre et à la mi-décembre. Avant de conclure : “Je mets encore du conditionnel car désormais, avec la SNCF, je suis comme Saint-Thomas : je ne crois que ce que je vois.