La Braderie de l’Art se tiendra les 4 et 5 décembre à la Condition Publique

Dans Culturons-nous, Lille

Christophe Henry LGH photographié par Matthieu Colin

Scroll par là

C’est l’un des événements arty les plus déglingos de l’année. La Braderie de l’Art, après une absence forcée en 2020 -vous savez très bien pourquoi- revient à la Condition Publique les 4 et 5 décembre prochains. On vous conseille de réserver un petit aller-retour à Roubaix ce weekend-là.

Imaginez un peu le truc : dans les magnifiques espaces de la Condition Publique à Roubaix, environ 150 artistes de tout genre se réunissent avec une mission : créer, dans les 24 heures qui leur sont données, des œuvres d’art avec les matériaux qui sont mis à leur disposition. Et ces matériaux, ce ne sont pas de jolies planches de bois fraichement coupées, du métal bien lisse et du silicone tout propre. Ce sont des trucs et des machins, des vieux objets, de l’électroménager usé, des vieux pneus, des barres de fer rouillées, des morceaux de plastique troués et du contreplaqué fatigué. En tout, 2000m3 de junk, en passe de devenir de l’art.

Cette idée, c’est Fanny Bouyagui, la patronne d’Art Point M, qui l’a eue il y a maintenant trente ans. Précurseuse dans le genre, elle a proposé a ses amis artistes de ne travailler qu’avec de la récup’ et des matériaux qui auraient été incinérés s’ils n’étaient pas tombés entre ses mains. Ce stock vient d’Emmaüs et “des entreprises locales regroupées sous le label Re-Collecte“, détaille la Braderie de l’Art.

Les artistes ne savent pas ce qu’ils vont trouver avant d’aller fouiller dans cet immense fatras d’objets en tout genre. Les règles sont les mêmes pour tout le monde : tous les artistes ont 24 heures pour imaginer une ou plusieurs œuvres d’art qu’ils vendent sur place à des prix variant entre 1 et 300 euros. Les visiteur·euse·s sont les bienvenu·e·s tout au long du weekend pour admirer les artistes en train de créer, et pour acheter leur petit morceau d’art.

L’entrée est gratuite et se fait tout au long du weekend. Prévoyez un masque, quand même. On vous met l’event Facebook, et le site de la Braderie de l’Art .