Le marché de Wazemmes va connaître de petites évolutions ces prochains mois

Dans Dans la rue, Food Porn, Lille
Scroll par là

Ce jeudi matin, la ville de Lille a tenu une conférence de presse pour évoquer les “évolutions” du marché emblématique de Lille. Au programme, l’arrivée de petits nouveaux, des travaux de réfection de la place, plus d’animations mais aussi plus de contrôle et de propreté. L’objectif : y remettre un peu “de souffle et de dynamisme“, dixit la mairie.

Le marché de Wazemmes, c’est l’âme mais aussi le ventre de Lille.” La phrase est de Jacques Richir, adjoint au maire en charge des marchés de plein air. C’est lui qui, ce jeudi matin, a listé tout ce que la ville avait en tête pour faire évoluer le marché amiral lillois. “C’est lui qui entraîne les 16 autres marchés derrière lui. Mais on va dire qu’il y a un petit coup de mou depuis plusieurs mois. Et c’est normal avec le temps même si tous les marqueurs du grand marché sont encore là. On veut justement l’accompagner, remettre du souffle et du dynamisme car on pense qu’il peut devenir un des plus beaux marchés de France.”

Bien-sûr, on ne réorganise pas un marché de Wazemmes : il s’organise un peu tout seul et vit sa propre vie. La mairie entend pourtant amorcer quelques changements dans l’année à venir. Et l’adjoint au maire reste prudent : pas de gros changements en vue et pour ceux qui arriveront, “on les fera en douceur avec les uns et les autres : les commerçants sédentaires ou non du marché, les commerçants de Gambetta et les gens qui fréquentent le marché”, assure l’adjoint.

On va se focaliser ici sur les changements que ceux et celles qui passent leur dimanche matin (voire la journée) à Wazemmes pourront ressentir.

  • Deux nouveaux sous les halles

Du sucré et du libanais arrivent avant la fin de l’année 2021 pour s’installer sous les halles de Wazemmes. Il y aura tout d’abord, “dès dimanche prochain“, les douceurs à base de choux et praliné des Ecureuils, Marie et Adrien. Ils proposeront tout un tas de gâteaux de saison en mode salon de thé. Marie est une reconvertie en pâtisserie qui a fait l’école Ferrandi.

Début décembre“, c’est le Saj, un traiteur libanais qui vous régalera de son pain fait-maison et sur-place. C’est Walid et sa famille qui lancent ça avec toutes leurs meilleurs recettes (houmous, feuille de vigne etc) à emporter ou à déguster sur place.

  • Plus d’animations (gourmandes)

La mairie veut aussi “renforcer les animations” et annonce que les disciples d’Escoffier vont venir encore plus souvent et qu’Interfel (l’interprofession des fruits et légumes frais) sera également de la partie.

  • Une nouvelle place de la Nouvelle-Aventure

C’est acté avec la MEL : en 2022, la place du marché aura un nouveau revêtement tout beau tout neuf “et on fera aussi quelques choses avec les plantations qui ont mal vécu les salages hivernaux“, précise l’adjoint. Pour l’instant pas de date précise indiquée mais la mairie espère pour “le printemps“.

Forcément, on a posé la question en bon aficionados du marché : combien de temps ça va durer et, surtout, est ce que ça va empêcher le marché de se tenir ? Selon Jacques Richir, il n’y a pas de raison que le marché soit suspendu puisque “ce ne sont pas des travaux de réfection très lourds et ce serait l’affaire de 2-3 jours pour raboter.

Le but ensuite est de refaire toutes les peintures de marquage des places de stationnement et d’en profiter pour caler un système de cloutage pour délimiter les emplacements des commerçants non-sédentaires les jours de marché.

  • Une réorganisation “en concertation et en douceur

Là, ça ne concerne pas directement les badauds qui viennent faire leurs courses mais plutôt les commerçants. La mairie entend réorganiser ce qui se passe en extérieur pour “aérer” un peu les allées qui voient passer entre 30 000 et 50 000 personnes le dimanche. L’adjoint a dégainé sa nouvelle feuille de route en quatre points : qualité, sécurité, régularité et propreté.

Grosso modo, la qualité, c’est tout ce qu’on vous a énuméré au-dessus. Pour la sécurité, elle est aussi bien sur l’alimentaire (contrôle des denrées), sur les pesages (contrôle des balances), sur l’accès au marché pour les secours ou sur la lutte contre les vendeurs à la sauvette… En ce qui concerne la régularité, c’est donc pour le respect des horaires (7 heures – 14 heures) et le fait qu’une petite poignée de commerçants ne viennent que trop rarement alors que leur place est réservée.

Le cas de la propreté est de loin le plus “sensible” dixit Jacques Richir. Il y a quelques semaines, une nouvelle asso de commerçants non-sédentaires du marché avait fait savoir son mécontentement à La Voix du Nord. Le sort des déchets de fin de marché avait été mis sur la table : en 2019, la ville a décidé de retirer ses containers car elle constatait trop d’abus. Depuis, les commerçants doivent repartir avec leur déchets putrescibles, ce que beaucoup n’apprécient pas.

Pour la mairie, il est temps de revoir “les modalités de recueil” comme elle l’appelle. Mais pas question de remettre des containeurs pour revoir “certains attendre Wazemmes pour y déverser tous leurs détritus de la semaine“. Elle annonce une future concertation qui devra également mettre l’accent sur le tri sélectif.