Au LaM de Villeneuve-d’Ascq, Paul Klee et ses nombreuses inspirations composent l’expo Entre-Mondes

Dans Culturons-nous, Lille
Scroll par là

Le LaM porte un regard original sur l’œuvre de Paul Klee. Peintre de nationalité allemande, toujours dans le figuratif et l’abstraction, le musée villeneuvois tente de dévoiler les influences de l’artiste. Repoussée plusieurs fois à cause du Covid, l’expo se termine le 27 février 2022.

Artiste inclassable, énigmatique à l’œuvre polymorphe, Paul Klee “traverse les différents mouvements d’avant-garde du XXe siècle et cultive tout au long de sa vie une forme d’autonomie artistique à la manière d’un funambule“, explique Alexandre Holin, chargé des relations médias et publiques. Comment retracer de manière cohérente et logique l’œuvre d’un artiste aussi baroque, ne respectant aucune typologie et ne se revendiquant d’aucun mouvement artistique ?

La rétrospective Paul Klee, Entre-mondes fait le choix d’aborder les 120 œuvres exposées de manière thématique. Ainsi, on trouve quatre grands chapitres explorant différentes influences artistiques : l’art asilaire (de l’art fait en hôpital psychiatrique), la préhistoire, l’enfance et l’art extra-occidental ou arts premiers. “C’est un angle peu exploité dans les expositions consacrées à Klee et ça nous a également permis de faire un important travail de recherche en fouillant dans les archives“, souligne Alexandre.

Paul Kell, Bastard (Bâtard), 1939, 1132. Couleur à la colle, huile et tempera sur toile de jute
@ZentrumPaulKlee

Des espaces spécifiques abritent des ilots documentaires où vous pourrez comprendre les différentes influences artistiques de Paul Klee à travers des manuels, des objets artistiques (dessins, croquis) et des artéfacts provenant de la bibliothèque ou de l’atelier du peintre. Vous retrouverez des lances africaines exposées dans le bureau de Klee, un agenda personnel et ses annotations d’une visite à Carnac découvrant les menhirs, les dessins de son fils Félix, nouvelle source d’inspiration pour lui, ou encore des œuvres provenant d’hôpitaux psychiatriques confirmant son intérêt pour ces différentes formes d’art “qui témoignent toujours d’un retour aux origines de l’art, au début de la création.”

Cette exposition unique a été rendue possible par l’étroite collaboration entre les équipes de Villeneuve-d’Ascq et le Zentrum Paul Klee de Berne, musée suisse regroupant peintures, dessins et même des marionnettes de Klee. Le but de ce découpage thématique n’est pas de “rattacher une œuvre à une source en particulier” mais d’établir des liens entre les différentes sources de création.

Petit point info pratico-pratique, cette grande rétrospective se termine le 27 février. Vous pouvez venir admirer les œuvres et les documents d’archives exposés de 10 heures à 18 heures du mardi au dimanche. Vous pouvez réserver votre ticket depuis l’espace billetterie en ligne. Comptez 10€ pour une entrée au tarif complet et 7€ avec un tarif réduit. Les personnes concernées par ce discount sont : les étudiant·e·s, enseignant·es, familles nombreuses, séniors de plus de 65 ans et les 12-25 ans.

Pour rappel, le LaM se situe 1 allée du Musée à Villeneuve d’Ascq. Pour vous y rendre en transports en commun depuis Lille, il vous suffit d’emprunter le métro et la ligne 1 jusqu’à Pont de bois. Une fois sur place, prenez la liane 6 ou le bus 32 jusqu’à l’arrêt LaM. On vous laisse retrouver le musée sur les réseaux pour découvrir la programmation à venir : Insta et Facebook.