Régis Bordet est le nouveau président de l’Université de Lille

Dans La Fac, Lille

@Université de Lille

Scroll par là

Les membres du nouveau conseil d’administration de l’Université ont élu ce professeur en pharmacologie médicale et praticien hospitalier au CHU ce mardi 7 décembre. Il commencera son mandat de quatre ans avec la lourde tâche de présider l’audition de janvier pour conserver le précieux label d’excellence de l’I-site.

Ce natif de Boulogne-sur-Mer venu à Lille faire ses années de médecine ne cache pas son ambition de faire rayonner autant au niveau régional qu’international cette université où il a étudié avant d’enseigner. “J’ai aussi une maitrise de philosophie donc que ceux qui auraient peur que je ne me préoccupe pas des Sciences Humaines et Sociales se rassurent“, plaisante-t-il.

Mais avant de parler de la nouvelle politique de formation qu’il veut mettre en place, de sa volonté de faire de l’Université de Lille “un démonstrateur de transition” ou encore de renforcer le premier cycle, il va falloir s’attaquer à un gros chantier : la préservation du label I-site qui doit être porté par le nouvel établissement public expérimental (EPE).

Régis Bordet et le président sortant, Jean-Christophe Camart.

Nouvelle Université Lille 2022

Derrière cet EPE se cache surtout l’association de l’Université de Lille avec quatre autres grandes écoles lilloises :

  • Sciences Po Lille
  • l’école supérieure de journalisme de Lille (ESJ)
  • l’école nationale supérieure des arts et industries textiles (ENSAIT)
  • l’école nationale supérieure d’architecture et de paysage de Lille (ENSAPL)

Ces cinq entités deviennent donc à partir du 1er janvier 2022 un EPE qui a déjà fait couler beaucoup d’encre depuis plusieurs mois. On vous passe tous les détails mais retenez quand même que l’école Centrale a quitté le projet en cours de route et que des vice-président·e·s de l’Université ont démissionné pour dénoncer la manière dont la création de l’EPE se faisait en interne.

Quoi qu’il en soit, cet EPE est fondamental pour la conservation du label I-site qui permet à l’Université de Lille de se distinguer au niveau national mais aussi d’obtenir une dotation de grosso modo 15 millions d’euros chaque année. Celui qui dirigeait le label I-site jusque là, ça tombe bien, c’était Régis Bordet. Et même s’il a lui aussi démissionné en cours de route de son rôle de vice-président à la stratégie à l’Université, il martèle que ce label est vital.

Rendez-vous le 20 janvier

C’est donc lui qui va, le 20 janvier prochain, diriger la délégation lilloise devant le jury. Si une première visite d’une partie de ce jury le 18 novembre dernier s’est faite dans un climat “positif” selon le nouveau président, ce dernier ne veut pas non plus faire de “propos trop optimistes” : “On a été félicités sur certains points mais on a aussi eu l’impression qu’il fallait qu’on aille plus loin dans notre ambition de faire rayonner cette université“. Ce premier gros dossier occupera donc les prochaines semaines de Régis Bordet avant cette audition où il ira “serein mais concentré“.

Et si on vous parle autant de cet EPE, de ce label et de cette audition, c’est parce que ça va grandement déterminer le futur de la nouvelle Université de Lille. De quoi mettre le nouveau président directement dans le bain.

On reviendra bien évidemment vous reparler courant janvier de cette fameuse audition. En attendant, on vous quitte avec les résultats complets du vote du conseil d’administration du 7 décembre : Régis Bordet (liste ELAN collectif) 26 voix, Georgette Dal (liste SERVIR l’Université de Lille) 6 voix, Thomas Alam (liste pour une alternative à l’EPEX) 9 voix, 3 abstentions.