À Fives, Chez Djouheur va fermer ses portes en avril

Dans Ch'est bieau, Lille
Scroll par là

Lassitude et manque de moyens. Ce sont les deux raisons qui motivent Ratiba Mokri, la fondatrice de Chez Djouheur, à rendre les clés de son local fivois en avril. Le lieu créé en 2018 proposait aux femmes du tier-quar un lieu ressource et des ateliers artistiques.

Il y a des lieux, parfois, qui mériteraient d’être déclarés d’utilité publique. Chez Djouheur en fait partie. Le lieu, créé par l’artiste Ratiba Mokri, permettait aux femmes du quartier de se rassembler dans un endroit réservé et de créer ensemble (des habits, des amitiés, du sens). Ratiba a, toutes ces années, organisé des ateliers (couture, tapisserie, dessin, peinture…), organisé des marchés de créatrices, des lectures, des soirées débats… “Ce qui nous faisait vivre, c’était les événements qu’on organisait tout au long de l’année“, confirme Ratiba.

Mais l’année démarre mal pour Djouheur : les subventions de la ville de Lille – 10 000 euros – ne sont pas renouvelées. “On ne ferme pas à cause de la perte des subventions, précise Ratiba. Mais ça a bien a appuyé la décision.” En fait, la patronne fatigue. “Je porte le lieu depuis trois ans. Et c’est bien beau d’avoir des services civiques, des contrats aidés. Mais la charge mentale de ce lieu est énorme pour moi. On finissait par organiser des événements juste pour chercher des sous.” Le loyer de 970 euros par mois, les frais de fonctionnement, l’organisation des activités… Le projet devient trop coûteux pour la structure associative.

Des ateliers et des soirées d’ici la fermeture

Et Ratiba s’éloigne de son cœur de métier : l’art, vivant et pictural. “Je sais qu’on était un lieu ressource, mais je suis devenue gestionnaire de ce lieu, je ne faisais presque plus que du social, et très peu d’artistique.” Ajoutez à cela la pandémie mondiale, et c’en est trop pour la comédienne. En avril, elle rendra les clés de Chez Djouheur.

Et ensuite ? “Je veux revenir à la création. Et si on arrive à trouver un local gratuit, on verra. Mais ce sera quelque chose de plus petite envergure, c’est sûr. Et ce ne sera pas le même genre de projet.” En attendant, vous pouvez encore pousser la porte de Chez Djouheur pour participer à un atelier ou juste discuter avec les femmes qui le font vivre, pour quelque temps encore. Quelques événements sont déjà prévus pour clore l’aventure en beauté (lectures, concerts et autres réjouissances).

Rendez-vous au 83 rue Pierre-Legrand à Lille (métro Fives) pour aller faire un dernier tour Chez Djouheur, qui a une page Facebook.