En attendant de s’installer rue Faidherbe, les Moss People grandissent à Marquette-lez-Lille

Dans C'est green, Festival, Lille
Scroll par là

Les “Moss People” de l’artiste finlandais Kim Simonsson sont fabriqués aux ateliers Saint-Roch de Marquette-lez-Lille. Littéralement “gens de mousse”, ces gigantesques enfants verts doivent peupler la rue Faidherbe à partir du 14 mai prochain, pour Utopia, la sixième édition de lille3000.

Utopia a pour thématique la nature. Quoi de mieux que des êtres verts pour le représenter ? D’autant plus que les Moss People vont de trois à cinq mètres de haut. “Imaginés par le céramiste Kim Simonsson, ils ne représentent pas des elfes, raconte Aristide Pluvinage, assistant relations presse de lille3000. Ce sont des enfants garants de l’après, inspirés des contes et légendes scandinaves.” Ils sont destinés à être exposés en mai à ciel ouvert, rue Faidherbe à Lille.

Il ne reste plus qu’à mettre “Le philosophe” sur son socle.

Les “Moss people” et la nature

Le sculpteur a grandi dans un village finlandais de 600 personnes, attaché à la préservation de l’environnement. C’est dans cette grande proximité avec la nature qu’il a conçu les Moss People. Si les modèles ne font que quelques dizaines de centimètres, la commande passée par Utopia concerne des statues faisant entre trois et cinq mètres de haut. En plus des dimensions, le matériau a été changé. On troque la céramique initiale contre un assortiment d’armature en fer et de polystyrène. “Pour la couleur, Kim utilise de la peinture noire sur laquelle il met du nylon jaune, continue Aristide. Le mélange donne ce vert éclatant.

Le modèle de “La mémoire”

La rue Faidherbe s’apprête à accueillir une dizaine de ces œuvres, chacune sur un socle de deux mètres. Chaque statue joue un rôle. La première a avoir été montée est “Le philosophe“, auquel l’équipe doit ajouter une sphère dorsale. Mais il existe aussi “La mémoire“, reconnaissable aux livres qu’elle porte. Certaines sont assises ou accroupies, d’autres debout.

Un défi artistique et physique

Imaginez un grand bloc blanc, avec ses aspérités. Maintenant dites-vous que ce bloc devient peu à peu une statue verte, aux détails impressionnants, sous les coups de son sculpteur. Kim Simonsson est venu aux ateliers Saint Roch transmettre son savoir. Deux sculpteurs en chef, et leur équipe, s’occupent de mener à bien le projet, notamment Charlotte Masson. “Il faut environ deux semaines pour réaliser une statue, détaille cette dernière. C’est un boulot très physique parce qu’il faut transporter de lourdes pièces, sans compter que c’est bruyant.” Elle ajoute avec le sourire : “J’adore toute la partie sculpture, son côté technique et complexe, mais toujours cool.

Charlotte Masson travaille le piano, destiné à être associé à l'une des statues.
Charlotte Masson travaille le piano, destiné à être associé à l’une des statues.

Autre souci : les intempéries. Qui dit à ciel ouvert dit pluie et vent, entre autres choses. La difficulté était de trouver des matériaux pouvant aussi bien supporter le mauvais temps que la chaleur. Aristide se veut rassurant : les géants verts résisteront au ciel nordiste le temps qu’il faudra.

Les “Moss People” arrivent à Lille le 14 mai, pour s’en aller le 2 octobre prochain, de quoi largement en profiter. La sixième édition de lille3000 ouvrira au même moment.

On vous laisse le site officiel de Kim Simonsson, ainsi que son Instagram. Il y a aussi la page de lille3000.