À Notre-Dame-de-Lorette, les photos de Mina exposent les hommes et les femmes de 14-18

Dans Ch'est bieau, Lille
Scroll par là

Près de Lens, dans le bassin minier, une colline abrite un haut lieu de mémoire : Notre-Dame De Lorette est un cimetière militaire, un mémorial et un centre d’histoire de la Première Guerre mondiale. En ce moment, on peut y admirer les photos prises par Mina, une couturière nordiste qui a photographié les visages de la guerre.

Si on a un conseil à vous donner, c’est de bien vous habiller. Au sommet de la colline, les vents qui remontent de la plaine sont froids. Mais ça vaut le coup, on vous assure. Notre-Dame de Lorette est un lieu à part, hors du temps, ou plutôt, une réminiscence d’un temps passé. Là-haut, on se promène parmi les 42 000 tombes blanches de soldats (oui), on cherche le nom de ses aïeuls sur l’immense Anneau de la mémoire (580 000 noms gravés), et on visite aussi le centre d’histoire, installé au bas de la colline. On prend le temps de s’imprégner de l’intensité mortelle d’une guerre dont la région porte encore les stigmates aujourd’hui.

Le centre d’histoire, Memorial’14-18, propose régulièrement des expositions temporaires. Celle qui se tient actuellement nous a tapé dans l’œil. Appelée “Dans l’objectif de Mina”, elle donne à voir le travail photographique de Mina, habitante de Bourecq, dans le Béthunois. En 1914, elle a 20 ans et travaille comme couturière. Sa grosse passion, c’est la photo, et elle a son propre matériel, ce qui n’est vraiment pas donné à tout le monde à cette époque. Elle se forme toute seule à la photo et au tirage.

Mina a commencé la guerre en photographiant les femmes et les enfants.

Oubliées dans un grenier

Pendant la guerre, Mina trouve un rôle pour son talent : elle photographie les femmes qui ouhaitent envoyer des images à leurs hommes sur le front. Et quand Bourecq devient un lieu de passage pour les troupes alliées, elle photographie aussi les soldats, et envoie les clichés aux familles en Australie, en Grande-Bretagne, aux Etats-Unis… Voilà, fin de l’histoire, ou presque.

Elle a aussi immortalisé les troupes alliées qui passaient par son village.

Les décennies passent, et Mina a 91 ans. Elle discute avec Thierry Dondaine, membre de l’asso Déclencheurs de Mémoires, qui aime la photo autant qu’elle. Il découvre dans le grenier de la dame des dizaines de plaques de verre sur lesquelles sont immortalisés les multiples visages de la guerre. Il les emmène avec lui et les présente au Mémorial’14-18, qui ne voit pas d’autre solution que d’en faire une exposition. C’est ce que vous pourrez donc voir jusqu’au 26 juin en vous rendant à Notre-Dame de Lorette : des gens souriants, en uniforme ou non, des hommes et des femmes qui posent droit devant l’objectif de Mina. Et si on regarde bien, iels nous ressemblent terriblement.

On vous laisse vous rendre à Notre Dame de Lorette, à Ablain-Saint-Nazaire du mercredi au vendredi de 10 heures à 13 heures et de 14 heures à 18 heures, et le samedi et le dimanche de 11 heures à 13 heures et de 14 heures à 18 heures. On vous laisse aller sur le site du mémorial pour vous rencarder. Détail d’importance : l’entrée est gratuite.