La MEL compte donner 100 000 euros pour aider l’Ukraine, et prépare l’arrivée des réfugié.e.s

Dans Ch'est bieau, Lille
Scroll par là

Il y a plusieurs manières de filer un coup de main aux Ukrainiens et Ukrainiennes actuellement. La Métropole Européenne de Lille en a choisi deux : l’aide financière et l’accueil des réfugié·e·s. Les deux aides devraient être menées de front.

La MEL compte bien apporter son aide, comme beaucoup d’institutions, d’assos et de collectifs en France. Elle vient d’annoncer par un communiqué qu’elle débloquera un fonds d’urgence de 100 000 euros si son bureau le vote lors de sa prochaine séance, le 18 mars. Une somme qui ne va partir directement en Ukraine, si vous voulez tout savoir. Elle devrait être envoyée à FACECO, “un outil du ministère des affaires étrangères visant à fédérer les initiatives et les élans de solidarité exceptionnels envers le peuple ukrainien qui apparaissent au sein des territoires“, nous détaille la MEL.

Ce fonds est activé en cas de catastrophe ou de drame (divers et varié) dans un pays étranger et que les collectivités territoriales se mobilisent pour filer un coup de main. Les contributions servent “à financer des opérations humanitaires d’urgence répondant aux besoins prioritaires des victimes du conflit“, détaille le ministère des affaires étrangères. Ça, c’est pour l’aide financière.

Logements d’urgence

Mais la MEL se propose également de faire office de centrale de stockage pour les communes qui récolteraient des denrées alimentaires ou des produits de nécessité à envoyer en Ukraine. Ces produits seraient stockés à l’UTLS de Faches-Thumesnil et dans l’ancien garage Dacia à Saint-André. La communauté de communes se propose de filer au coup de main pour ensuite acheminer tout ça dans les aéroports.

Enfin, dernier volet, la Métropole se prépare à accueillir ceux et celles qui viendraient chercher refuge en France. Elle s’est rapprochée du bailleur social LMH et de la Fabrique des Quartier, société publique qui se charge de la rénovation du parc immobilier urbain en faveur de la diversité et du logement décent. Ces deux structures sont chargées par la MEL “d’identifier rapidement les logements d’urgence adaptés au réfugiés“.

Ce n’est qu’un premier jet de mesures, qui restent à être validées lors de la prochaine séance du bureau de la MEL. Si la situation dure ou s’intensifie, il n’est pas impossible que d’autres aides soient décidées.