La Manufacture expose les sculptures textiles de Mai Tabakian jusqu’en juin

Dans Chill, Culturons-nous, Lille

Le "Jardin" regroupe une trentaine de sculptures.

Scroll par là

Qui de mieux que La Manufacture pour présenter une exposition textile dans le coin ? Mai Tabakian s’empare d’une partie de l’espace du 9 avril au 20 juin. Avec son style bien particulier, elle livre des œuvres plastiques, partagées entre la sculpture et le matelassage.

L’expo “Formes Sensibles” devait déjà avoir lieu au printemps 2020, mais le Covid est passé par là. Deux ans plus tard, Mai Tabakian parvient enfin à rallier La Manufacture de Roubaix pour présenter son art, du 9 avril au 20 juin. Environ 70 pièces y trouvent leur place, réparties en 13 installations.

La première chose qui frappe, ce sont les couleurs vives. On a presque l’impression de traverser le Pays des merveilles de Lewis Carroll. “La couleur c’est une forme de pudeur de moi, raconte l’artiste plasticienne. Elle me permet de parler de choses inquiétantes de façon plus légère.” En tant que franco-vietnamienne, Mai Tabakian ajoute : “Je tire ça de mes influences asiatiques où les couleurs chatoyantes sont très présentes.” Cet univers chromatique sert un art unique, entre sculpture et travail textile.

“Les Trophées” ressemblent à des fruits coupés en deux.

Marqueterie textile

La quinquagénaire se concentre sur la plastique de manière pro depuis 2010. Au fil du temps, elle affine sa technique pour proposer un art inédit et contemporain dont elle est dépositaire : la marqueterie textile. “Je sculpte d’abord les formes et je viens matelasser le tout avec du textile“, développe-t-elle. La particularité majeure est qu’on ne trouve aucune suture, aucune couture. Mai Tabakian n’utilise pas de fil ou d’aiguille.

Les formes sont travaillées en volume et en couleurs. On a constamment envie de toucher, de mettre la main sur la matière… Sans jamais pouvoir le faire. Tout ça lui donne la possibilité de faire du monumental comme cette œuvre de huit mètres de long intitulée “Le grand chemin“.

Deux salles, deux ambiances

Dans la salle principale, on retrouve des installations composées de diverses sculptures. À l’entrée, les “Gardiens” regardent les visiteurs de leurs pupilles dilatées. Sans compter le “Jardin” entre fleurs colorées et champignons vénéneux qui tiennent debout sur une estrade. De l’autre côté, des blasons créés en 2018 décorent le mur. Ils disposent tous d’un QR code lié à une devise latine comme “Fluctuat nec mergitur“.

La deuxième partie de l’exposition prend place dans l’espace modulable de La Manufacture. Il constitue un véritable cabinet de curiosités aux œuvres plus petites. “J’ai une certaine tendresse pour les nucléus, souffle Mai Tabakian. On dirait des virus colorés.” Mais vous trouverez aussi d’autres choses dont on vous laisse la surprise.

En pratique

Formes Sensibles“, ça se passe au 29, avenue Julien-Lagache, à Roubaix. Les portes sont ouvertes du mardi au dimanche, entre 14 heures et 18 heures. L’entrée est libre et gratuite. Pour toute visite guidée en groupe, il faudra s’adresser à La Manufacture (03 20 65 31 90 ou groupes@roubaixtourisme.com).

Plus d’infos sur le site officiel, Facebook ou Instagram. Voilà aussi celui de Mai Tabakian pour suivre son actualité.