Après deux ans de silence, le Dour Festival fait son grand retour cet été

Dans Festival, Lille, Music in my ears

Photo © Quentin Douroux

Scroll par là

Ça gratte, ça démange, on a les jambes qui frétillent, la tête qui tangue sur un rythme imaginaire. On a le cœur qui se gonfle rien qu’en pensant à ces moments qui arrivent, enfin. Le Dour Festival fait son grand retour cet été. Et comme pour rattraper les moments perdus, cette année les festivalier·es pourront commencer la fête dès le lundi.

C’est clair que ça n’a pas été une période amusante“, euphémise Alexandre Stevens, l’un des programmateurs du festival. Lui qui se “réveille en pensant à Dour” sort d’un long tunnel de deux ans sans pouvoir faire son travail. “On n’a pas l’habitude de passer des étés aussi calmes. On a hâte de pouvoir serrer dans nos bras des inconnu·es rencontré·es au bar, de revoir le public, de faire la fête. Ça nous avait tellement manqué.

Et cette édition qui arrive en juillet s’annonce épique. “Le Dour festival démarrera comme d’habitude le mercredi soir. Mais on a voulu ouvrir le camping plus tôt“, annonce Alexandre. Un Dour Camp Fest qui démarrera le lundi matin, et qui sera gratuit aux festivalier·es qui avaient acheté leur ticket pour les éditons 2020 et 2021. “Le public ne s’est pas retrouvé depuis deux ans, déjà. Et puis des milliers de personnes arrivaient dès le mardi soir. Là on propose aux gens de se retrouver le lundi entre membres de la communauté.” Vous pensez bien que ce ne sera pas qu’un camping entre gens de bonne compagnie.

Un camping, quatre scènes

On va proposer un festival plutôt de jour pour que les gens n’arrivent pas au festival mercredi totalement épuisés. On aura quatre scènes.” Trois d’entre elles seront investies par des collectifs de musicien·nes qui auront carte blanche pour ambiancer leur monde. Comptez sur une scène dub, une scène électro, une scène plus club…

Et sur la dernière scène, des artistes se relaieront chaque jour : drum and bass le lundi, teuf très délire avec Sœurs Malsaines le mardi, et gros et beau son le mercredi après-midi avec le label Le Motel. “On avait vraiment envie de se retrouver avec la communauté, défend Alexandre. Emotionnellement, ça va être très fort.

Et la suite sera tout aussi intense. En plus des sept scènes habituelles sur le festival qui démarrera le mercredi soir, la Chaudière viendra agrandir encore la grande famille de Dour. “On avait déjà une scène techno avec La Balzaal. Mais on avait besoin d’une nouvelle scène pour les artistes pour qui on ne trouvait pas vraiment de place, des artistes de techno que j’appelle déviante : de l’acid, de la drum and bass expérimentale… On voulait un chapiteau fermé, plutôt un club un peu dark.” C’est là que les festivalier·es pourront découvrir le premier soir la techno ougandaise du collectif Nyege Nyege. Le jeudi sera drum and bass, et le vendredi, on dansera sur une techno plus dure. “On sort vraiment des sentiers battus, avec cette nouvelle scène.

Le tee-shirt de Flume

Et le reste de l’éventail musical sera bien représenté. Pour rappel, Dour, c’est 250 000 festivalier·es, plus de 250 artistes, collectifs ou groupes, pour cinq jours de fête dans un site de la taille d’un bon gros village. On vous en avait déjà parlé, mais on va vous rappeler les têtes d’affiches pour vous rafraichir la mémoire : Angèle, Laylow, Parcels, Odezenne, Metronomy, Laurent Garnier, Joy Orbison, Rone, Oboy, Mandragora, Hugo TSR, Vladimir Cauchemar, Niska, Roméo Elvis ou encore Vald seront de la partie.

Alexandre l’avoue, il a un coup de cœur. “Le retour de Flume, c’est quelque chose de fort. On avait fait sa première date en Europe, il avait 20, 22 ans. Il tremblait, il ne voulait pas monter sur scène. Il y est quand même allé, il a fait un show de dingue. Il est sorti de là heureux, il a demandé un tee-shirt du festival. Quand plus tard il a gagné un Grammy, il est monté le récupérer avec le tee-shirt de Dour. C’était génial.” Faire venir l’artiste australien aura été une bonne galère, Covid oblige, mais ça en vaudra forcément la peine.

On pourrait vous parler aussi de toutes les pépites que vous allez découvrir lors de ce festoche, mais on ferait exploser le temps de lecture de cet article. On vous laisse aller découvrir le programme dans son intégralité ici.

Et si vous voulez le prix des billets, les voilà :

  • le pass 5 jours pour le festival est à 195 euros (avec parking et camping)
  • le pass 1 jour pour le festival et pour le Dour Camp Fest est à 88 euros
  • pour Dour XXL (les sept jours de festoche, avec le Dour Camp Fest puis le festival), comptez 240 euros
  • vous pouvez prendre l’option comfort avec un camping plus confortable :
    • comptez 360 euros pour le Dour XXL
    • 330 pour le Dour Festival
    • 180 le pass 1 jour pour le festival ou le Dour Camp Fest

Ou sinon on a carrément un concours pour vous en fait :

On vous laisse aller sur le site du festival pour préparer votre voyage.