[Utopia] Au TriPo et à Saint-So, deux expos pour questionner notre rapport à la nature

Dans Culturons-nous, Lille
Scroll par là

Si vous habitez dans le coin, vous devez vous douter que quelque chose de spécial se trame dans la métropole lilloise. Il y a comme un fourmillement, une tension joyeuse, une pulsion palpable qui annonce une débauche d’art et de culture. Comme si on était à la veille d’une saison culturelle Lille3000.

Et figurez-vous que comme on est un média qui parle quand même à longueur de journée de culture, on a saisi la perche tendue de visiter les expositions estampillées “Utopia”. Après la Forêt Magique au Palais des Beaux Arts et Le Serpent Cosmique à l’Hospice Comtesse, place à deux nouvelles expos : Les Vivants au TriPostal et Novacène à la Gare Saint-Sauveur.

Les Vivants et notre rapport à eux au Tripo

Comme à son habitude, l’art contemporain investit le TriPostal. Pour cette saison Utopia, c’est la Fondation Cartier qui prête quelques 250 oeuvres pour composer une exposition baptisée “Les Vivants”. Ici, le but est d’explorer les grands enjeux écologiques actuels en questionnant la place de l’homme occidental : son rapport aux plantes, aux animaux mais aussi aux autres peuples qui n’ont pas le même lien à la nature.

Des plasticien·nes, des botaniste, des cinéastes et bon nombre d’artistes amérindien·nes travaillent avec la fondation dans ce but.

Les Vivants sont au TriPostal du 14 mai au 2 octobre. L’entrée sera gratuite ce samedi 14 mai de 15 heures à 19 heures mais le reste du temps, elle sera payante (9,90€ ou 7,90€ selon votre statut). On vous donne un petit site internet pour aller plus loin.

Novacène et son futur espoir à Saint-Sauveur

C’est un de nos coups de coeur, disons-le. Non seulement parce que l’expo est gratos mais parce qu’elle est aussi fascinante à regarder qu’à comprendre. Reprenons dès le début : Novacène, c’est le titre du dernier livre du scientifique et environnementaliste anglais James Lovelock (qui a aujourd’hui 103 ans by the way). Si vous ne le saviez pas encore, nous vivons actuellement dans une ère géologique appelée l’Anthropocène. Et dans son ouvrage, Lovelock imagine celle qui suit, qu’il nomme Novacène.

Il espère que ce sera celle où l’homme revivra en harmonie avec son environnement et ce grâce à technologie. Une vision optimiste voire utopique peut-être mais qui va constituer le fil rouge de cette expo à Saint-So. Une dizaine d’artiste se sont emparé·es de ce thème pour construire le chemin qui nous mènerait vers ce Novacène.

Novacène est à découvrir du 14 mai au 1er octobre. L’expo est gratuite et vous pouvez aussi en profiter pour jeter un œil à la nouvelle édition du Môm’Art (les créations des enfants autour du thème Utopia).