À la Catho, les filières des lettres et sciences humaines attirent de plus en plus

Dans Article Sponsorisé, La Fac, Lille
Scroll par là

Article sponsorisé @Faculté des Lettres et Sciences Humanités de l’Université Catholique de Lille

Depuis cinq ans, il y a de plus en plus de monde sur les bancs de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines (FLSH) de l’Université Catholique de Lille. Même si les classes restent à taille humaine, les étudiant·es qui sortent du lycée ou en reconversion y trouvent un enseignement riche, pluridisciplinaire et baignent dans un environnement créatif et international.

L’Université Catholique de Lille est un vaste campus du côté du quartier Vauban qui compte cinq facs dont celle des Lettres et Sciences Humaines (FLSH). Une fac où il fait bon étudier apparemment, puisqu’elle affiche une croissance de 100% de ses effectifs sur ces cinq dernières années.

Ça s’explique sans doute par la réforme du bac et l’apparition de spécialités proches des domaines enseignés dans nos filières, explique -t-on à la FLSH. On pense par exemple à la spécialité Langues littérature et civilisations étrangères (LLCE), Histoire-géo, géopolitique et sciences politiques (HGGSP) pour la licence Histoire ou Humanités, littérature et philosophie (HLP) pour la licence Lettres modernes.

Mais ce serait trop simple de résumer l’attraction exercée par cette faculté à la seule réforme du lycée. Du coup, on est allé directement poser la question à trois étudiant·es qui étudient chacun·e dans une licence différente là-bas.

Semestre à l’étranger et campus créatif

Des licences variées, pluridisciplinaires, avec de petites promos (la fac s’auto-limite elle-même), un accès plus facile aux professeur·es… Pour ceux et celles qui ont peur des gros amphis de 300 personnes, forcément, ça donne envie. La FLSH a affiché aussi un taux de réussite de 86% en L1 l’année dernière pour l’ensemble des sept licences qu’elle propose :

  • Lettres Modernes
  • Histoire
  • Médias de la culture et des arts
  • Médias, culture et communication
  • Langues, littératures et civilisation étrangères anglais
  • Langues étrangères appliquées
  • Psychologie

Ce qui a fini de convaincre les étudiant·es qu’on a rencontré·es, c’est l’architecture (on dirait un peu Pouldard, il faut bien l’avouer) et la possibilité de passer un ou deux semestres à l’étranger dès la L2 (la fac est partenaire de plus d’une centaine d’universités étrangères, donc vous aurez le choix).

Et avec la fin de la pandémie, la vie sur la campus a aussi repris avec ses events, ses assos et son campus créatif. Ce dernier permet aux étudiant·es qui le souhaitent de participer à l’un des vingt-cinq ateliers artistiques proposés pour 10€ par semestre. Il y a vraiment de tout : de la photo (avec carrément un labo argentique), de la sculpture, de la musique, du théâtre… Et tout ça se concrétise lors de la grande Nuit du campus créatif. Bref, vous n’allez pas vous ennuyer.

Si vous avez envie de candidater ou si vous hésitez encore avant la phase complémentaire de Parcousup, on vous conseille d’aller faire un tour sur le site de la FLSH. Pour ce qui est des frais de scolarité, il y a un simulateur en ligne car ils sont évolutifs selon vos revenus fiscaux et le tarif est dégressif aussi si vous êtes boursier·e.

Article sponsorisé @Faculté des Lettres et Sciences Humanités de l’Université Catholique de Lille