Attention, le ticket unitaire Ilévia augmente à partir du 1er août

Dans Lille, Transport
Scroll par là

Comme chaque année, le 1er août est synonyme d’augmentation chez Ilévia. Cette année c’est au tour du ticket unitaire d’augmenter dans la métropole lilloise : il passe de 1,70€ à 1,80€ à compter de lundi 1er août. Les pass, abonnements et forfaits V’lille aussi subissent cette hausse.

Cette année, c’est l’emblématique ticket unitaire qui sert à la fois pour les bus, métros et trams qui prend une hausse de 10cts pour arriver à 1,80€ (2€ avec le support) depuis ce lundi. Pour rappel, il était déjà passé :

  • de 1,60€ à 1,65€ en 2018
  • de 1,65 à 1,70€ en 2020

Une hausse qui va aussi se ressentir sur les tickets ZAP (1,15€ au lieu de 1,10€) ou encore les trajets unitaires achetés par 10 (15,40€ au lieu 14,90€) et les pass (le pass 1 jour est à 5,30€ au lieu de 5,10€). Les abonnements prennent également entre 50cts et 1€ tandis que les forfaits V’lille à la semaine et à l’année augmentent respectivement de 10 cts et 50 cts (le forfait V’lille jour ne bouge pas)

On vous laisse aller voir ça en détails sur la nouvelle grille de tarifs Ilévia.

Pourquoi ça augmente ?

C’est contractuel : chaque 1er août des augmentations de tarifs chez Ilévia entrent en application. Parfois c’est le ticket unitaire, parfois ce sont les abonnements, parfois, ce sont les deux. Ces hausses sont en fait prévues dans le contrat de Concession de Service Public des transports urbains signé entre Ilévia et la MEL. Contrat qui ne prendra fin qu’en 2024.

Une augmentation qui tient avant tout compte de l’inflation pour Ilévia qui expliquait également en 2020 que “les recettes commerciales sont destinées à l’exploitation, à la maintenance et à la rénovation du réseau, ainsi qu’au développement de nouveaux services“.

Les barèmes solidaires mis en place en 2016 et la gratuité pour les moins de 18 ans arrivée en début d’année ne suffisent pas à apaiser la colère chez le collectif Usager.e.s Transports MEL qui dénonce une augmentation “injustifiée et injustifiable“. Une pétition avait d’ailleurs été lancée.

Des élu·es de gauche avaient également réclamé le gel des tarifs au dernier conseil métropolitain sans réussir à avoir gain de cause.