CoMÉT’, la plateforme de streaming 100% courts-métrages lancée par un Lillois

Dans Culturons-nous, Geek, Lille
Scroll par là

Depuis quelques semaines, un nouveau service de vidéo à la demande a fait son apparition. Il n’est pas lancé par un géant américain mais par un Lillois de 26 ans, passionné de courts-métrages, qui voulait pouvoir en mater aussi facilement que des films et séries. Sa plateforme s’appelle CoMÉT’ et on peut déjà s’abonner à son catalogue pas mal bien fourni.

À Lille, on aime autant les petits que les longs formats (on parle de films en l’occurrence). On a quand même un festival de séries (coucou Séries Mania), de comédies (coucou CineComedies), une fête de l’Anim’ et un festival international du court-métrage (qui arrivent tous les deux bientôt) chaque année. C’est d’ailleurs lors d’une édition du festival du court-métrage, en 2015 que le jeune Raymi tombe amoureux du format court.

Je démarrais ma licence en études cinématographiques à Lille et quand je découvre ce festival, je tombe un peu des nues : moi qui ne connaissais que les courts-métrages de Pixar, je me rends compte que l’univers du court-métrage est beaucoup plus vaste.” Si vaste que l’étudiant n’en a pas assez après la fin de l’événement. Il veut en voir encore plus et commence à fouiller sur les internets pour étancher sa soif de découverte.

Éclectisme et qualité

Et c’est là qu’il se rend compte que ce n’est pas aussi simple que pour les longs-formats. “C’est un peu le bordel, plaisante-t-il. Il y en a plein mais il faut savoir où chercher : il y a des catalogues universitaires qui existent mais aucun avec un aspect plus divertissant.” L’idée de créer ce catalogue pope alors dans l’esprit de Raymi.

Mais à ce moment-là, il se focalise sur ses études. Et c’est seulement lorsqu’il se retrouve à ne plus trop savoir où se diriger pour son master que ce projet lui revient. En septembre 2020, il décide de s’y mettre à fond et se lance dans une formation avec la BGE pour créer son entreprise de plateforme de streaming 100% courts-métrages. Et le voilà deux ans plus tard avec CoMÉT’ (contraction de “court-métrage) et un catalogue qui contient déjà plus d’une centaine de références.

On peut s’y abonner comme on le ferait pour n’importe quelle autre plateforme de vidéo à la demande (on vous file le détail juste après) et on peut mater tout ça depuis son ordi, son smartphone ou sa tablette. Raymi sélectionne lui même les films pour lesquels il va acheter les droits auprès des gros distributeurs ou des écoles quand il tombe sur des pépites. “Mon but, c’est que ce soit le plus éclectique possible : que j’aime ou pas un court, si la qualité est là j’essaie de rester objectif et je l’ajoute au catalogue.”

Car le but de Raymi, c’est aussi de démocratiser le court-métrage et que les gens en lancent un ou plusieurs le soir avant de s’endormir comme ils peuvent déjà le faire avec un épisode de série. Le jeune Lillois est persuadé qu’il y a un public qui s’ignore peut-être encore pour ce type de format. Deux programmations thématiques sont d’ailleurs prévues chaque mois et des nouveautés arriveront aussi régulièrement.

Les abonnements

Pour ce qui est de l’abonnement, vous avez pour l’heure deux formules au choix :

  • un abonnement mensuel et sans engagement à 4,50€/mois
  • un abonnement annuel à 40€/an

Raymi est aussi en train de bosser sur une formule “one-shot” avec laquelle on pourrait se payer 48 heures de visionnage pour 2€ quand on en aurait envie. Il est aussi en partenariat avec le festival international du court-métrage qui arrive mi-septembre : le palmarès se retrouvera très vite sur CoMÉT’. La boucle est bouclée comme on dit.

Pour accéder à CoMÉT’ il suffit d’aller sur le site internet ou de télécharger l’appli sur iOS ou Androïd puis de s’abonner. Vous pouvez aussi suivre l’actu de la plateforme sur Facebook et Insta.